Tennis Le Suisse débute son tournoi ce lundi et vise un neuvième titre à Londres.

Doit-il déjà y voir un signe ? En 2017, Roger Federer avait commencé sa campagne victorieuse en dominant Dusan Lajovic (7-6/0, 6-3, 6-2), et revoilà le Serbe sur sa route en 2018. Et comme l’an passé, le Suisse sort d’une période de deux mois d’hibernation. Titré à Stuttgart, finaliste à Halle, il a déjà montré une belle forme et il n’y a donc pas de raison de penser qu’il sera plus gêné cette année que la précédente par cette impasse sur le gazon. Certes, on ne l’a pas trouvé extraordinaire à Halle mais s’il y a bien un joueur qui sait préparer sa montée en puissance en Grand Chelem, c’est lui.

"Je me sens vraiment bien", a-t-il confié dimanche. "J’étais fatigué au début de la semaine à cause des neuf matches joués en douze jours à Stuttgart et Halle mais je pense que ne pas jouer sur terre battue m’a encore fait vraiment beaucoup de bien. On a passé de bons moments en famille, en vacances et puis à bosser la condition physique avant de reprendre le tennis. Tout s’est bien goupillé. Là, cette semaine au site, je me suis concentré sur la récupération afin d’arriver frais pour ce premier match. Je sens bien la balle et je suis en confiance."

Lajovic est un joueur de grand talent, avec un excellent sens du jeu et sans doute une des plus belles mains du circuit hors cadors, il sera donc forcément dangereux mais on sent tellement que Federer, une fois à Wimbledon, rentre dans son temple quasiment habité d’une mission qu’on a énormément de mal à l’imaginer trébucher d’entrée. Maintenant, il a aussi tout intérêt à ne pas perdre trop d’énergie en route dans la première semaine.

Cette fois, ses rivaux ont peut-être aussi le couteau un peu plus entre les dents pour lui faire comprendre qu’on ne peut pas gagner si gros en jouant à temps partiel. S’il devait décrocher son neuvième trophée de Wimbledon de cette manière, en revanche on voit mal comment il se laisserait convaincre de revenir à Roland-Garros en 2019 alors que la Decima de Wimbledon se jouerait. Beaucoup de choses sont en jeu côté Federer à partir de lundi, et pas seulement cette place de n° 1 mondial ou son duel à distance avec Rafael Nadal. Wimbledon, c’est l’objectif de sa saison et une grande partie de son aura. Il a donné à ses jambes toutes les semaines de repos nécessaires juste pour ça.