Tennis

La Belgique a encore une chance de briller à Wimbledon cette année. Elle est incarnée par Joachim Gérard (ITF 6) dans l'épreuve en chaise roulante. Le Brabançon, 29 ans, effectue son retour en Grand Chelem cette année après n'avoir pu participer à l'Open d'Australie et à Roland-Garros. 

Il affrontera, jeudi, le Britannique Gordon Reid (ITF 5), vainqueur en 2016 sur le gazon du All England Club.

"Je suis de retour dans le top 6 mondial après mes victoires à l'Open de Pologne et à l'Île de Ré, mais j'ai dû bénéficier d'une invitation pour pouvoir être ici", a-t-il dit. "Cela me fait évidemment extrêmement plaisir. J'adore l'atmosphère qui règne à Wimbledon, avec toute la tradition. C'est un endroit magique. En outre, le gazon est une surface qui convient particulièrement bien à mon jeu. Je suis donc terriblement motivé."

Joachim Gérard connaît bien Gordon Reid. Le gaucher écossais, 26 ans, l'avait ainsi privé d'un premier titre en Grand Chelem en simple en le battant en finale à Melbourne en 2016, avant d'aller chercher la médaille d'or aux Jeux Paralympiques de Rio. Mais le natif d'Uccle l'a également déjà battu dans un grand rendez-vous, en finale du Masters de cette même année 2016.

"Je pense que nous nous valons. Le niveau a beaucoup changé ces derniers mois. C'est à nouveau le Japonais Kunieda qui est numéro 1 après ses victoires à l'Open d'Australie et à Roland-Garros. Au sein du top 6, tout le monde peut battre tout le monde. Ce n'est jamais facile contre Gordon, car il est gaucher et a beaucoup de toucher, mais j'ai les armes pour gagner avec mon service et mes frappes agressives du fond du court. Simplement, il faudra être là du premier au dernier point", a ajouté le Brabançon, qui n'allait pas en profiter pour jeter un coup d'œil à Federer ou Nadal. "C'est entraînement et encore entraînement", sourit-il.