Tour de France

Grand animateur de la journée de samedi, lors de laquelle le peloton dû s’employer pour le reprendre à une dizaine de kilomètres du but, Thomas De Gendt parvint, à nouveau, à intégrer la bonne échappée dimanche avant de devoir abandonner ses compagnons de fuite. 

"J’attaque pratiquement toujours parce que je pense qu’il y a une réelle chance d’aller au bout, mais aussi parce que je songe au prix du super-combatif." Le coureur de Lotto-Soudal sait toutefois qu’il devrait faire face à un concurrent de… pois en la personne de Warren Barguil, leader du classement de la montagne. 

"Il est bien meilleur grimpeur que moi, mais soit. Si le jury ne lui décerne pas ce prix cette année, ils ne lui décerneront sans doute jamais… (NdlR : allusion au côté très franco-français des votants) Il y a un joli chèque à la clé (20.000 €) mais malheureusement rien pour le second. J’ai déjà terminé second et troisième de ce classement particulier. Ce serait assez fantastique de pouvoir monter sur le podium final à Paris pour recevoir ce trophée."