Fränk Schleck attendu au tournant

Julien Gillebert Publié le - Mis à jour le

Tour de France

Avec le forfait d’Andy pour le Tour, l’aîné des frères, en lutte pour la victoire en Suisse, va devoir se débrouiller seul

LUXEMBOURG Pour la première fois depuis 2008, les frères Schleck ne seront donc pas réunis au Tour de France, puisqu’Andy a déclaré forfait, mercredi. Même si, en 2010, lors de la... victoire sur tapis vert d’Andy, Fränk avait rapidement été écarté à cause d’une chute sur les pavés de Roubaix, lors de la troisième étape.

Tous les espoirs reposent désormais sur Fränk. Comment l’aîné des deux frangins va-t-il gérer l’absence de son frère cadet, lui qui apprécie tant de courir aux côtés d’Andy, dont la présence le rassure (à tel point qu’on dit souvent d’eux qu’ils courent trop souvent en fonction de l’autre) ?

Fränk n’a pas encore voulu s’exprimer sur ses prochaines responsabilités en l’absence de son frère, se contentant de regretter son absence. “J’aurais préféré aller au Tour avec lui, mais c’est comme cela”, a-t-il expliqué. “Il ne faut pas parler d’une déception pour ce genre de circonstances : c’est comme ça, ça fait partie du jeu, de notre métier de coureur, même si bien sûr, je regrette qu’Andy soit privé du Tour. Il m’avait téléphoné mardi pour m’annoncer la nouvelle. Mais on n’a pas parlé de comment cela se passerait pour moi en juillet.”

Si certains estiment que Fränk pourra disposer de plus de libertés en l’absence de son petit frère, Johnny Schleck, le père des Luxembourgeois, estime cependant qu’ils sont généralement plus forts à deux. “Pour Fränk aussi, le forfait d’Andy est une très mauvaise nouvelle.”

Chez Radio Shack-Nissan-Trek, Johan Bruyneel a accusé le coup. “Nous avons d’autres cartes, mais Andy était la pièce maîtresse, même si Fränk ou Andreas Klöden ont des capacités, puisqu’ils ont déjà terminé sur le podium du Tour de France”, a commenté le Belge. En début de saison, l’Allemand avait d’ailleurs déclaré qu’il n’avait pas abandonné l’idée d’enfin remporter un grand Tour. Mais à bientôt 37 ans, l’ami de Jan Ullrich, 2e du Tour en 2004 et en 2006, se fait vieux. De son côté, Chris Horner, qui avait été écarté de la présélection (ce qui avait très irrité l’Américain, ne comprenant pas ce choix et surtout le fait d’apprendre la nouvelle via les médias), pourrait être rappelé. Mais, sauf énorme surprise, l’Américain n’est pas candidat au podium.

Fränk reste donc la meilleure carte de l’équipe. Surtout qu’il rassure enfin sur son état de forme au Tour de Suisse, lui qui a échoué de peu pour la victoire d’étape, dimanche, en montagne, où il a été repris à 150 mètres de la ligne par Rui Costa. “Je me suis rassuré, oui, même si je n’ai jamais douté de ma condition, cette deuxième place (NdlR : qu’il occupe toujours au général) a aussi permis de faire taire les critiques que nous avons eues”, commente Fränk, qui sera attendu au tournant lors des trois dernières étapes. Ce vendredi, avec un contre-la-montre de 34 kilomètres, à Gosseau, sur un profil bien vallonné, avant, ce week-end, deux étapes de montagne.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner