Tour de France

Le Français Warren Barguil (Sunweb), vainqueur de deux étapes et maillot à pois, a été élu Super Combatif du Tour de France 2017, a annoncé l'organisation samedi.

Deuxième, Thomas De Gendt (Lotto Soudal) a été le plus voté par le public via Twitter.

Les six membres du jury sont les anciens coureurs et désormais consultants Laurent Jalabert (France Télévisions et RTL), Greg Lemond (Eurosport), la commentatrice de télévision (France Télévisions) Marion Rousse, le directeur de course du Tour (ASO) Thierry Gouvenou et les journalistes de presse écrite Jean Montois (AFP) et Alexandre Roos (L'Equipe). Le septième vote était attribué par le public via Twitter.

Barguil a reçu quatre des sept voix. De Gendt a été plébiscité par le public et a reçu un autre vote. Le maillot vert Michael Matthews est troisième avec une voix.

Six autres coureurs avaient été nommés pour ce titre: Serge Pauwels, Alberto Contador, Tony Gallopin, Daniel Martin, Bauke Mollema et Lilian Calmejane.


Pour Thomas De Gendt "le vote du public est le plus important"

Thomas De Gendt n'a pas gagné le Prix de la Combativité. Le coureur Lotto-Soudal s'est montré à la fois déçu et sportif. "Je veux d'abord remercier le nombreux public, qui a voté pour moi. Il n'y a pas que les Belges, qui ont voté pour moi. Il y a aussi des étrangers. Cela signifie beaucoup à mes yeux. Le vote du public est plus important que celui du jury".

De Gendt l'avait senti venir. Avec un jury majoritairement composé de Français, c'était peu probable que le Prix de la Combativité échappe à Warren Barguil. De Gendt a remporté le prix du public, qui a voté via Twitter, mais un seul membre de jury lui a accordé sa voix. "Vraiment? Un seul vote du jury? Décevant", a réagi le coureur Lotto-Soudal.

Attention, De Gendt ne conteste pas le succès de Barguil. "Bien sûr, il mérite aussi ce prix. Barguil a roulé de manière très offensive et je ne vais pas prétendre que j'étais le seul à le mériter. Mais cela aurait été très agréable de le recevoir. J'étais plus souvent que lui à l'attaque. Je ne vois pas ce que je devais faire de plus pour obtenir ce prix. J'ai été 11 fois dans la bonne attaque sur 21 étapes: c'est énorme. Dommage que je n'aie pas gagné une étape. Cela aurait été beau, mais je me suis montré d'une manière différente pour l'équipe. Ce prix aurait été beau. C'est le seul prix qu'un attaquant peut gagner. Il n'y a pas un maillot ou autre chose pour les attaquants que ce prix".

Soit dit en passant, De Gendt n'a pas disputé un mauvais contre-la-montre. "Encore une fois, j'ai sorti tout ce que j'avais dans le coffre. Mais j'ai senti que je n'ai plus beaucoup de puissance dans les jambes. En plus, ce n'était pas un parcours qui me convenait à 100 pour cent".

Malgré la petite fête de vendredi soir, De Gendt a terminé 37e, à 1:46 du vainqueur Maciej Bodnar, et deuxième Belge derrière Tiesj Benoot (23e). "J'avais huit Orval mais je les ai partagées: Jurgen Roelandts, André Greipel et Lars Bak en ont bu un. J'en ai bu deux et le personnel a reçu le reste".

Lotto-Soudal n'a toujours pas remporté d'étape. "Dimanche, nous allons tout faire pour décrocher ce succès. Ensuite, je vais desserrer la ceinture. Le soir, il y a une fête avec l'équipe et les sponsors. Je vais alors rester une semaine sans vélo. Lundi midi, je mangerai un gros paquet de frites. C'est déjà prévu et je m'en réjouis déjà".