Tour de France

Lotto-Soudal a indiqué mardi après la présentation du Tour de France 2017 être satisfait du parcours, avec "8, peut-être 9 occasions pour des sprinters", selon le manager Marc Sergeant. "Il y a eu des années où on en avait bien moins". 

Lotto-Soudal avait vu deux de ses coureurs remporter une étape dans le dernier Tour: Thomas De Gendt sur le Mont Ventoux et André Greipel sur les Champs-Élysées. Marc Sergeant se réjouit d'avoir l'an prochain davantage d'étapes taillées pour les sprinters. "Si l'un d'entre eux n'y parvient pas un jour, il reste encore d'autres possibilités. Cela me plait. Il y a eu des années où nous n'avions que quatre, maximum 5 étapes de sprint", explique-t-il.

"D'un autre côté, neuf étapes de plat cela ne veut pas dire que nous aurons 9 fois un sprint. Prudhomme a indiqué que le vent pourrait bien de temps en temps entrer dans la danse, et cette année Sagan a remporté une étape après une attaque avec également Froome, qui était considérée a priori comme favorisant un sprint massif".

A première vue, il ne s'agira pas d'un "Tour très dur quant aux ascensions", selon Sergeant. "Mais il faut encore étudier le parcours de plus près. En-dehors de tout cela, je pense que nous connaitrons un beau Tour pour les coureurs offensifs, les gars dont on dirait peut-être a priori qu'on ne les attend pas au classement, mais qui pourraient bien tout à coup se glisser dans le top 10 après une attaque menée avec succès".

Au sein de sa propre équipe, il voit en Thomas De Gendt et Tony Gallopin deux coureurs qui auront leur chance. "Et aussi Tim Wellens", indique-t-il. "S'il voit ce parcours, il ne pourra qu'avoir à nouveau envie de participer. S'il veut retourner sur le Tour, il s'agira d'une édition pleine de défis pour lui. C'est également le cas pour quelqu'un comme Tiesj Benoot, mais je ne sais pas s'il se sent déjà prêt. Finalement, c'est encore loin. Mais pour l'équipe que nous avons c'est un bon parcours: quelques équipiers qui assistent André, et quelques coureurs offensifs. Et il suffira encore d'espérer que Cavendish ne soit pas aussi fort que la dernière fois", conclut-il en rigolant.