Sky ne retiendra pas Cavendish!

Philippe Van Holle Publié le - Mis à jour le

Tour de France

Après le Tour, le sprinter aura une discussion sur son avenir avec le patron de son équipe, Dave Brailsford

Dave Brailsford n’a pas l’habitude de parler pour ne rien dire et la langue de bois n’est pas celle qu’il préfère, loin de là. Quand on aborde avec lui la question du futur de Mark Cavendish, le patron de l’équipe Sky ne tourne pas autour du pot.

“Je ne dirais pas qu’il a été malheureux sur ce Tour , confie-t-il. Mais il est évident que faire un Tour de France comme il l’a fait cette année reste un challenge pour un garçon qui a eu droit, par le passé, à une exposition bien plus large, en terme de victoires, qu’il n’en a eu avec nous. Notre priorité, c’était le maillot jaune et Mark le savait bien à l’avance. Si, d’un point de vue personnel, il n’était pas frustré, on se demanderait comme cela serait possible. Cela voudrait dire qu’il s’en fiche et ça, je sais que, dans son chef, ce n’est pas vrai du tout.”

Malgré l’affection que le patron de la Sky semble avoir pour le champion du monde, Dave Brailsford tient un discours qui ne souffre pas d’exception. “Ce qui est certain , dit-il, c’est que nous reviendrons l’an prochain pour gagner à nouveau le Tour, espérons-le avec Bradley (Wiggins). Finir premier au classement général de la Grande Boucle, c’est la raison d’être de cette équipe Sky. Dans cet esprit, nous allons nous mettre autour d’une table avec Cavendish afin de parler avec lui et voir comment il envisage les choses. C’est un gagnant et en plus il est Britannique, deux arguments pour qu’il fasse partie de notre team. Moi, j’ai envie de l’avoir chez Sky. Si Mark estime qu’il peut atteindre ses propres objectifs dans le cadre de notre formation, alors on verra comment on peut faire. Mais si, de notre discussion, il ressort qu’il a besoin d’un train pour l’emmener dans ses sprints, si Mark pense qu’il gagnera davantage grâce à lui et que c’est vraiment ce qu’il veut, alors, c’est ok pour moi. Je n’en ferai pas un problème, pas le moindre même. C’est le bon sens qui l’emportera. En tout cas, c’est comme ça que je le vois.”

Sans véritable équipe autour de lui (mais deux, parfois trois hommes pour l’aider dans quelques finales), Cavendish aura quand même remporté trois succès sur ce Tour gagné par son chef de file. “Je prétends qu’il a fait un boulot incroyable sur ce Tour , conclut Brailsford, et je suis fier de l’avoir chez Sky. C’est un champion fantastique. Mais j’estime aussi qu’il aurait le droit de penser qu’il doit être davantage épaulé dans la recherche de ses objectifs. Et cela, c’est en contradiction avec notre ligne de conduite puisque nous viserons toujours d’abord le classement général du Tour.”

En un mot comme en cent, c’est Cavendish qui décidera de son avenir. Chez Sky ou non !



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner