Auto

Vous conduisez fièrement votre voiture d'occasion fraîchement acquise en direction de la maison. Et grâce au Car-Pass délivré, vous supposez que le vendeur ne vous a pas roulé. Vérifiez toutefois l'authenticité du document transmis. Voici cinq choses à contrôler.


1 - Numéro d'identification

Chaque Car-Pass possède un numéro d'identification unique à douze chiffres. Cela n'a rien à voir avec le véhicule : cela identifie le document. Le numéro d'identification se trouve tout en haut des autres données collectées sur le document.

2 - Spécifications du véhicule

Sous le numéro d'identification sont ensuite mentionnées toutes les spécifications qui permettent d’identifier le véhicule dans la base de données Car-Pass. On y retrouve notamment la marque, le modèle et le type, mais aussi la date à laquelle la voiture a été enregistrée en Belgique et le jour où elle a été utilisée pour la première fois. Lorsque ces deux dates sont différentes, c'est déjà une bonne raison d'être méfiant : cela indique que le véhicule, avant d'être enregistré auprès du service d'immatriculation, a déjà été conduit un certain temps hors de la Belgique. Et c'est une période pour laquelle, en règle générale, aucune donnée ne sera trouvée. Lorsque la voiture a été importée comme véhicule d'occasion, c’est aussi explicitement mentionné sur le Car-Pass.

© shutterstock

3 - Kilométrage

Elément le plus important, toujours sur le même document, dans une fenêtre distincte, se trouvent mentionnés les relevés kilométriques du véhicule et les dates auxquelles ils ont été enregistrés. Ces enregistrements sont effectués à chaque réparation, entretien, changement de pneu ou contrôle technique du véhicule. Lorsqu'un garage ou un centre de réparation de pneus a effectué l'entretien, le remplacement ou la réparation du véhicule, il doit en aviser l’asbl Car-Pass dans les cinq jours ouvrables et joindre la date d'admission et le numéro de châssis. Ces éléments se retrouvent également sur la facture. Il existe donc une chaîne d’informations à partir desquelles vous pouvez vérifier l'authenticité du kilométrage. Il est crucial, qu’à la lecture de cette énumération, les kilomètres augmentent régulièrement avec le temps : à la moindre rupture dans la chaîne, il y a de fortes chances que la fraude soit en cause. Lorsque la liste montre une chute soudaine des kilomètres, cela peut indiquer une falsification du compteur. C'est le moment de poser les bonnes questions au vendeur. De même, lorsqu’il s'est écoulé beaucoup de temps entre deux relevés kilométriques consécutifs, par exemple deux ans ou plus, il est important d’y être attentif. Qu'est-il arrivé au véhicule durant ce laps de temps ? S'il a eu un entretien auprès d’un garage ou qu’il s’est présenté à l'inspection annuelle, cela devrait être visible sur le Car-Pass.

4 - Papier et filigrane

Une autre vérification pour exclure toute falsification du document est le papier sur lequel le Car-Pass est imprimé. Il réunit trois caractéristiques frappantes : une encre fluorescente, un filigrane et un hologramme. Lorsque l'un de ces trois éléments est manquant, il vous est conseillé d’apprécier l’authenticité du document avec un œil critique.

5 - Le contrôle en ligne

Pour la dernière vérification, prenez un smartphone, une tablette ou un ordinateur connecté à Internet. Toutes les données figurant sur le Car-Pass sont également saisies dans une base de données centrale, afin qu'elles puissent être utilisées comme référence croisée. Ce contrôle en ligne se réalise directement sur le site internet de Car-Pass. Rendez-vous sur https://www.car-pass.be/fr/acheter et entrez le numéro d'identification, la date du dernier kilométrage saisi et la position réelle du compteur. Si l'un de ces détails ne correspond pas à ce qui est en ligne, vous pouvez immédiatement contacter le vendeur et demander votre remboursement. Un document qui ne passe pas ces vérifications est presque certainement falsifié ou a expiré depuis un moment.