Ce que gagnent les caissières?

Karim Fadoul

Petit aperçu des salaires par catégorie. Y compris des gérants

BRUXELLES Ce samedi, outre de meilleures garanties concernant le crédit-temps, les travailleurs du secteur de la grande distribution partiront en grève pour réclamer également une augmentation de leurs salaires. Des rémunérations mensuelles que beaucoup d'entre eux considèrent comme fort peu élevées. Nous avons décidé de vous présenter ces montants (bruts et pour un temps plein) afin que vous puissiez vous faire votre propre idée. Ci-dessous, le détail par catégorie, qu'il s'agisse d'un travailleur de chez Cora, Carrefour, Delhaize ou Colruyt:

Caissier(ère), réassortisseur (se) : Le salaire de base est de 53.048 F (1.315,03 €). Avec l'ancienneté (maximum: 22 ans), il peut atteindre 66.000 F (1.636,10 €).

Chef caissiers (ères), chef réception: 56.000 F salaire de base (1.388,20 €) et 72.175 F (1.789,17 €) pour les anciens.

Manager de rayons ou chef de rayons: 64.463 F (1.598 €) pour un débutant et 88.126 F (2.184,59 €) pour une personne ayant 22 ans d'ancienneté derrière elle.

Gérant d'un grand magasin: 83.025 F salaire de base (2.058,14 €) et 116.274 F pour un ancien (2.882,36 €). Les travailleurs expliquent également que pour ces derniers postes, les directions font de plus en plus souvent appel à des gens provenant de l'extérieur, de jeunes diplômés inexpérimentés en tous les cas pour les matières qui touchent directement au travail quotidien. Ils regrettent que le gérant `ne provienne du cru´.

Par ailleurs, des avantages légaux et extra-légaux sont proposés aux salariés. Il s'agit de petits plus négociés au sein de chaque entreprise entre patrons et syndicats, différant d'une enseigne à une autre: chèques-ristourne à valoir dans les magasins de la même enseigne, pourcentage sur les achats...


`On nous demande toujours plus´

Coup de sonde au Carrefour d'Auderghem ainsi qu'au Delhaize du quartier de la Bascule

BRUXELLES Les caddies se suivent et ne se ressemblent pas. Aux caisses, les articles sont posés sur le tapis roulant avant d'être scannés par la préposée. Un geste répété à de maintes reprises sur la journée dans ce Carrefour d'Auderghem (ex-Maxi GB). Rencontre avec les caissières de l'un des hypermarchés les plus grands du pays (320 personnes employées), à un jour de l'action revendicatrice de ce samedi.
Colette a 18 ans de carrière. Elle preste 24 heures par semaine et gagne quelque 50.000 F bruts par mois. Elle ne fera pas grève. Explications: `En tant que caissière Carrefour, en comparaison avec mes consoeurs chez les concurrents, j'estime que mes conditions de travail sont très bonnes. De plus, elles se sont améliorées en une vingtaine d'années, ce qui n'est pas le cas partout. Auparavant, nous devions taper directement les prix, maintenant c'est le scan qui fait tout le boulot. C'est plus rapide. Mais je pense que cette grève n'a aucun sens compte tenu du climat actuel (Sabena, Poste, SNCB).´ Même son de cloche pour Monique, réassortisseuse, 36 ans de maison. `J'estime qu'on est bien payé comparé aux autres enseignes. Et le climat a changé depuis l'arrivée de Carrefour.´

A l'accueil, Isabelle, 34 ans dont 12 chez GB/Carrefour, nous parle, elle, du stress qu'elle subit tous les jours. `Je travaille au centre d'accueil à raison de 27 heures semaine. Je m'occupe des remboursements, des facturations, du téléphone. Lorsque les clients veulent s'énerver, c'est chez moi qu'ils viennent. Parfois je suis toute seule. Les conditions de travail ne sont pas faciles car la direction nous demande toujours plus. Depuis peu, je prends des antidépresseurs. Et tout ça pour un salaire net de 35.000 F, avec deux enfants!´ Selon le délégué CNE sur place, 80% des travailleurs seraient prêts à faire grève.
Direction le Delhaize du quartier de la Bascule, chaussée de Waterloo. Une centaine de personnes y travaillent. `On oublie d'investir dans l'humain´, lance Max, 41 ans (11 ans de maison). Celui-ci est réassortisseur. `Les Delhaize marchent bien mais rien ne suit au niveau du salaire. Faut souligner que si on n'est pas là, il n'y a plus de Delhaize.´ Comme Alain, 35 ans, engagé il y a 15 ans, ils critiquent des défaillances. `Parfois des surgélateurs ne fonctionnent pas. Ou bien il faut réassortir dans des conditions difficiles notamment dans les rayons eaux, bières et crémerie. La marchandise doit toujours être placée de plus en plus haut.´ Là aussi, on explique que la grève serait suivie à 80%.

K.F.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be