La Poste reste en affaires courantes

B. Gil.

La période d'affaires courantes risque de se prolonger car il faut du temps pour éplucher les comptes

BRUXELLES Le conseil d'administration prévu cette semaine n'aura pas eu lieu, à La Poste. Ce CA devait initialement étudier la gestion de l'administrateur délégué de l'entreprise, Frans Rombouts, mais le collège des commissaires a demandé plus de temps pour éplucher les comptes. Rien d'étonnant en fait : personne n'imaginait possible d'étudier valablement les comptes dans le délai de 10 jours initialement prévu par le gouvernement.

Le rapport des commissaires sera achevé au mieux fin de la semaine prochaine, sans doute même la semaine d'après A ce moment seulement, le dossier atterrira sur la table du conseil d'administration puis, plus tard encore sur celle du gouvernement. Gouvernement qui, entre temps, à d'autres chats à fouetter avec la préparation du sommet de Laeken.

Mais tout cela n'aura d'autres conséquences de prolonger la période d'affaires courantes dans laquelle La Poste a été plongée légitimement, au vu des incidents qui se multipliaient par le gouvernement, il y a dix jours.

Cette période durera finalement près d'un mois. Un fait unique dans l'histoire des entreprises publiques belges qui démontre à quel point le malaise est grand dans ce dossier.

Pendant, ce temps, les postiers étaient en grève, hier, en Flandre, après une grève à Bruxelles ce lundi et en Wallonie la semaine dernière. Un mouvement qui semble cependant s'essouffler puisqu'il n'a concerné que la moitié du personnel.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be