Vol de passeports: mandat d'arrêt pour Maaroufi

Vol de passeports: mandat d'arrêt pour Maaroufi
©Bauweraerts

Tarek Maaroufi a été placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction Christian De Valkeneer chargé du dossier concernant des passeports belges volés en 1999 à La Haye et à Strasbourg, a-t-on appris mercredi.

BRUXELLES Deux de ces passeports ont été utilisés par les assassins présumés du Commandant Massoud en Afghanistan. Comme l'écrivaient mercredi plusieurs quotidiens, Tarek Maaroufi et l'autre suspect avaient été interpellés mardi matin en région bruxelloise lors de perquisitions ordonnées par le juge De Valkeneer. Le 26 novembre dernier, le juge d'instruction avait déjà effectué plus d'une dizaine de perquisitions à Mons, Louvain et en région bruxelloise, principalement à Saint-Gilles, Molenbeek et Anderlecht. Trois personnes avaient déjà été placées sous mandat d'arrêt dans le cadre de ce dossier, dont une pour association de malfaiteurs et falsification de passeports. Le volet belge de ce dossier se concentre sur les faux passeports et tente de remonter la filière. Le dossier concerne indirectement l'assassinat du chef de l'Alliance du Nord en septembre dernier. En effet, le Commandant Massoud, chef militaire de l'Alliance du Nord, a été tué le 9 septembre dernier à Khwaja Bahuddine au cours d'un attentat suicide perpétré par deux personnes d'origine marocaine, détentrices de faux passeports belges et se faisant passer pour des journalistes. Ces passeports belges faisaient partie du lot volé à l'ambassade de La Haye et au consulat belge de Strasbourg. Tarek Ben Habib Maaroufi, originaire de Tunisie et qui a acquis la nationalité belge, n'est pas un inconnu de la justice bruxelloise. Son nom a souvent été associé à celui de Ahmed Zaoui, un Algérien ancien parlementaire du FIS (Front Islamique du Salut), un des leaders présumés du GIA en Europe. En octobre 1995, tous deux avaient comparu devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, puis plus tard devant la cour d'appel, dans le cadre du procès des présumés islamistes. Tarek Maaroufi avait écopé de 3 ans de prison avec sursis pour association de malfaiteurs, recel et provocation. Tarek Maaroufi fait également l'objet d'un mandat d'arrêt international lancé par les autorités italiennes dans le cadre d'un trafic de documents volés et d'armes, indiquaient mercredi plusieurs quotidiens. Du côté du parquet de Bruxelles, on indique qu'il y a peu de chances que les autorités belges confie Maaroufi aux autorités italiennes car notre pays n'extrade en effet pas ses nationaux.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be