Accident de trains à Hal: les dernières infos

DH.be (avec Belga)
Accident de trains à Hal: les dernières infos
©BELGA

6h30: Les recherches de victimes ont été arrêtées lundi soir à cause de l'obscurité. Grève des conducteurs de trains ce mardi matin, + d'infos dans quelques minutes. La catastrophe a fait 18 morts (15 hommes et 3 femmes) et 162 blessés, dont onze graves

Faudra-t-il avoir peur de prendre le train ?

Qui va indemniser les victimes ?

HAL "Normalement, il n'y a plus de victimes dans les trains", a affirmé M. De Witte au cours d'une conférence de presse à l'hôtel de ville de Hal, en compagnie du Premier ministre Yves Leterme et de la ministre de l'Intérieur, Annemie Turtelboom, peu après une visite du roi sur les lieux du drame.
"On n'est pas sûr à 100% qu'il y a encore des corps à l'intérieur", a ajouté le gouverneur.

Les premières images de l'accident

Vos témoignages sur cette catastrophe

Les vidéos



M. Leterme a pour sa part assuré que "la lumière sera faite sur les circonstances de l'accident", appelant à la "sérénité" dans l'attente de la fin de l'enquête judiciaire en cours. "Toute la clarté sera faite", a-t-il renchéri.
Le Premier ministre a rendu hommage, au nom du gouvernement, aux secouristes qui sont venus à l'aide des victimes tout au long de cette "journée horrible" pour la Belgique, et réalisé un "travail exceptionnel".
Peu avant, le Roi, accompagné du chef du gouvernement et d'une demi-douzaine de ministres fédéraux et communautaires, s'était rendu sur les lieux de la catastrophe ferroviaire.

Le souverain, qui est rentré de vacances en France, s'est notamment rendu - hors de vue de la presse belge et étrangère présente en grand nombre - sur les voies à proximité des épaves des deux trains.

Une réunion d'urgence portant sur la catastrophe ferroviaire survenue lundi matin à Buizingen devait débuter à 20h00 au cabinet de la ministre des Entreprises publiques, Inge Vervotte. Des représentants de la SNCB et des syndicats sont notamment conviés à cette réunion. La ministre entend consulter les deux parties sur la problématique de la sécurité sur le réseau ferroviaire.
"S'il ressort que la formation peut constituer une solution ou s'il ressort que des investissements supplémentaires peuvent constituer une partie de solution, j'en ferai état au conseil des ministres et je solliciterai dans ce cas un budget pour de tels investissements", a indiqué la ministre à une télévision flamande.

La collision a été très violente, allant jusqu'à soulever le train reliant Louvain à Braine-Le-Comte. Des wagons ont également été versés sur le flanc.
Un des deux trains n'aurait pas respecté le feu rouge. Il s'agit du train qui venait de Louvain et se dirigeait vers Braine-Le-Comte, a encore déclaré le gouverneur du Brabant flamand, Lodewijk De Witte.

Le train de la ligne Quiévrain-Liège, qui se dirigeait vers la gare de Buizingen (Hal) avec un retard de dix minutes, a été heurté dans le flanc lundi à 8h28 par le train omnibus Louvain-Braine-Le-Comte, ont expliqué lundi en conférence de presse le gouverneur du Brabant flamand Lodewijk De Witte, la ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom et le bourgmestre de Hal Dirk Pieters. Le train entre Liège et Quiévrain comptait douze voitures, tandis que le train omnibus entre Louvain et Braine-Le-Comte en comptait six.
Trois voitures se sont renversées. Les services de secours se sont immédiatement rendus sur place et l'état de catastrophe a été proclamé. Le centre de crise provincial a été ouvert à Louvain.

Quant au parquet de Bruxelles, il a évoqué un bilan compris entre 8 et 20 morts. Mais il y aurait encore des passagers coincés dans un des wagons, a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse au centre de crise provincial installé à Louvain. Il a cité le chiffre de 11 blessés graves, dont un enfant.
Les blessés et les passagers des trains accidentés ont été accueillis dans le centre sportif de Buizingen. Des ambulances transportent des blessés vers des hôpitaux proches. La Croix-Rouge prend en charge les blessés légers ou immobilisés sur place.

Les pompiers de Braine-l'Alleud, de Tubize et de Louvain ont été appelés en renforts de leurs collègues de Hal.
Le procureur du roi de Bruxelles, Bruno Bulthé et le juge d'instruction Jeroen Burm se sont rendus sur place, ainsi qu'un expert du parquet. Une instruction sera ouverte, a-t-on encore appris au parquet de Bruxelles.
Le premier ministre Yves Leterme, qui a entamé ce lundi à Pristina (Kosovo) la première étape de ce qui devait être une visite officielle de trois jours dans les Balkans, a décidé de rentrer prématurément en Belgique. Il est attendu vers 15h sur les lieux de la catastrophe. Il sera probablement accompagné du roi, a annoncé le porte-parole du premier ministre.

Un numéro d'urgence a été mis en place pour les familles des victimes au 016/39.80.73.
La circulation des trains internationaux entre Bruxelles et la France a été suspendue, seuls certains trains étant déviés, au cas par cas, par Charleroi, a indiqué Infrabel. Les trains en provenance de Londres s'arrêtent quant à eux à hauteur de Lille-Flandres. Le trafic des trains internationaux devrait être fortement perturbé toute la journée de lundi.
Deux numéros de téléphone: 02.365.94.25. (infos victimes) et 02.363.22.11 (centre de crise).

Les personnes qui pensent qu'ils pourraient avoir un proche ou un membre de la famille parmi les victimes de l'accident de trains à Hal peuvent prendre contact avec un service créé à leur intention, annonce la province du Brabant flamand. Le numéro d'urgence est le 016/39.80.73.

Laissez-nous vos témoignages, photos, vidéos à multimedia.dh@saipm.com













Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be