Et si nous devenions Français ?

Antoine Clevers
Et si nous devenions Français ?
©BAUWERAERTS

L’idée fait (très) doucement son chemin en Wallonie et reçoit un écho outre-Quiévrain

Pour bien parler le français de France

Des implications sportives !

Pour ou contre ? (Sondage)

BRUXELLES Un score de 1,5 % pour le Rassemblement Wallonie France lors des législatives de dimanche dernier. Soyez honnête, ce n’est pas beaucoup. Mais tout de même, on constate une progression non négligeable par rapport à 2007. Les rattachistes ont recueilli 35.743 voix. Soit 9.503 de plus qu’en 2007, une augmentation de 0,5 %. Rien qu’en Wallonie, donc sans tenir compte des résultats à Bruxelles, le RWF obtient 1,7 % des suffrages. Il devient ainsi la septième formation politique francophone, juste devant le FN.

Le projet politique d’un rattachement de la Wallonie à la France fait donc (très) lentement son trou. Et, surtout, semble séduire les… Français. Selon un sondage Ifop réalisé début juin, 66 % d’entre eux se disent prêts à accueillir la Wallonie en cas de grave crise politique en Belgique. Ce résultat est logiquement plus important dans les zones frontalières.

Et puis, il y a ce député français de l’UMP… Jacques Myard est le premier à oser franchir le pas. Il évoque ouvertement la possibilité d’un “rattachement de la Wallonie et de Bruxelles” à son pays. “Pendant des décennies, l’Europe a pratiqué à l’égard de la Belgique la politique de l’autruche en voulant ignorer systématiquement l’éventualité de son éclatement au motif que l’Europe était la seule réponse à la question nationale belge” , a-t-il affirmé mardi dernier dans un communiqué.

Le vote de dimanche met, selon lui, “les États européens au pied du mur et plus particulièrement la France […]. La France ne fera pas l’économie d’élaborer une politique à l’égard de la Belgique, la question du rattachement de la Wallonie et de Bruxelles se pose à terme, qu’on le veuille ou non.”

“C’est une question à laquelle les francophones de Belgique devront répondre. À nous Français d’élaborer une politique responsable pour relever ce défi inéluctable qui scellera le destin d’une construction étatique artificielle voulue par les puissances en 1830 et aujourd’hui dépassée et obsolète” , conclut Jacques Myard.

Chiche ? Et si nous devenions français ? C’est le pari (et non le Paris…) que se lance aujourd’hui la rédaction de la DH . Nous nous sommes plongés dans la peau de nos voisins. Une expérience originale avec ses plus et ses moins. À vous de juger.



© La Dernière Heure 2010


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be