Centre d'élites sportives: “Une gestion chaotique du dossier”

Interview > Y. N.
Centre d'élites sportives: “Une gestion chaotique du dossier”
©BELGA

Willy Borsus fustige la gestion du dossier du futur centre d’élites sportives et invite le ministre Antoine à revoir sa copie

LOUVAIN-LA-NEUVE Nouveau rebondissement dans la saga du centre sportif de haut niveau qui doit voir le jour à Louvain-la-Neuve. Alors que le coût estimé pour ce qui ne sera en réalité qu’une simple piste d’athlétisme indoor avoisinait les 20 millions d’euros, la Communauté française pourrait débourser le double.

Mercredi, le ministre wallon des Sports André Antoine a en effet présenté le montage financier au gouvernement wallon. C’est la Sofinpro qui sera chargée de réaliser l’emprunt qui lui sera remboursé à raison de deux millions par an durant 20 ans par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Un investissement qui comprendrait les frais de fonctionnement de l’infrastructure, précise-t-on au cabinet du ministre wallon des Sports André Antoine.

Mais, en ces temps de crise, cette annonce n’a pas l’heur de plaire à tout le monde. Willy Borsus, chef de groupe MR au Parlement wallon, considère ainsi que le dossier dérape dangereusement.

Que pensez-vous de ce nouveau rebondissement ?

“Depuis le début, le dossier est mal préparé. Sa gestion est chaotique. Nous l’avions compris dès l’instant où le ministre a annoncé chercher un partenaire financier car il n’avait pas les moyens de mener le projet à bien. Ce n’est pas sérieux de travailler comme cela.”

La Sofinpro a pourtant accepté de le prendre en charge…

“Je suis très étonné qu’un organisme financier prenne des risques à la place des autres. Selon moi, le dossier est mal monté, mal structuré. Quarante millions d’euros, c’est indécent. D’autant plus dans la situation budgétaire actuelle de la Région wallonne.”

Faut-il, dès lors, arrêter les frais ?

“Pas forcément. La Communauté française a besoin d’une telle infrastructure. Mais pas à n’importe quel prix. On ne peut pas jeter l’argent par la fenêtre alors que tout le monde se serre la ceinture. Le ministre doit revoir sa copie. La situation est d’autant plus alarmante que le ministre des Sports est également en charge du Budget. Que ferait-il si un autre ministre lui demandait le double de l’argent prévu pour un projet ? Il le remballerait certainement…”

Craignez-vous que le montant final ne dépasse les 40 millions ?

“J’ai peur qu’avec le temps, il y ait de nouveaux dérapages. Cela dérape déjà alors que le projet n’a même pas encore été mis en œuvre. Qu’en sera-t-il plus tard ? J’ai peur que ce centre devienne un véritable gouffre financier. Avant d’aller plus loin, il faut que le projet soit validé par une structure financière externe pour avoir la certitude des montants à investir.”



© La Dernière Heure 2013

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be