Bienvenue à Uccle, la commune de Didier Reynders

Liégeois de souche, Didier Reynders vit depuis un an et demi à Uccle, une commune qu’il a visiblement adoptée.

Antoine Clevers
Bienvenue à Uccle, la commune de Didier Reynders
©Lecoq

Promis, juré, la venue à Uccle de Didier Reynders, le vice-Premier ministre MR et ministre des Affaires étrangères, n’avait pas de visées politiques. En tout cas, pas à l’origine, lui qui est maintenant le chef de file de libéraux bruxellois jusque-là en manque de leadership…

“La première fois qu’on est venu visiter une maison à Uccle, mon épouse et moi, c’était en 2010” , raconte-t-il. Deux éléments nous ont décidés : les trajets quotidiens entre Liège et Bruxelles et le fait que notre fille, la dernière de nos quatre enfants, a maintenant fini ses humanités. Et puis, je dois dire que je connais pas mal de gens qui habitent dans le coin, dont bien sûr le bourgmestre Armand De Decker avec qui je fais de la politique depuis 30 ans…”

Son déménagement a signifié le retour à une certaine forme de vie sociale. “Vous savez, quand on rentre tous les soirs sur Liège, qu’il est 21h30, on n’a plus le temps de faire quoi que ce soit… Ne fût-ce que prendre son petit-déjeuner… À 6h du matin, ça ne donne pas toujours envie. Depuis que je suis ici, j’ai retrouvé une hygiène alimentaire meilleure et j’ai perdu du poids. Je déjeune normalement. Pareil le soir. Je ne suis plus obligé d’attraper ce qui traîne dans le frigo – et c’était souvent de la nourriture grasse comme de la charcuterie…”

Et ses week-ends, où les passe-t-il ? “Ça dépend. Je retourne parfois à Liège.” Mais c’est loin d’être systématique. Il reste volontiers à Uccle. Sauf pour le moment…

“Ma maison est complètement en chantier. Les travaux sont actuellement à l’arrêt à cause des congés du bâtiment. On espère que tout sera terminé pour septembre. On refait notamment la cuisine, un étage et la moitié du toit.”

Conséquence : “Je loge au… Palais d’Egmont (NdlR, qui accueille les Affaires étrangères). Lorsque j’ai pris mes fonctions en 2011, j’y ai découvert un très bel appartement sous les combles, au-dessus de la salle des tapisseries. Les concepteurs avaient prévu quelque chose de très moderne à l’occasion de la présidence belge de l’Union européenne en 2010. Mais quand je suis arrivé, il y avait encore des câbles non recouverts, de la cellophane sur le mobilier et pas la moindre literie… Tout est en ordre depuis le printemps 2012.”

En attendant de retrouver ses pénates à Uccle, il circule donc entre le Palais d’Egmont et “notre maison de campagne à Burdinne où mon épouse a pris ses quartiers d’été”. Et la maison à Liège (à deux pas de la place Saint-Lambert) ? Il sourit : “C’est devenu le kot de ma fille !”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be