La Région wallonne a fait capoter 43 éoliennes

En 2013, l’action de 38 citoyens a fait stopper six projets de parcs.

Dupont Gilbert
La Région wallonne a fait capoter 43 éoliennes
©Reporters

Selon nos infos, une erreur récurrente de l’ex-Région wallonne devenue Fédération Wallonie-Bruxelles, a fait capoter depuis le 1er janvier 2013 six projets de parcs éoliens pour au total 43 éoliennes dont plusieurs d’une hauteur de 150 mètres qui seraient visibles à 20 km, avec comme victimes de ces couacs à répétition des fabricants et/ou fournisseurs d’énergie verte tels Luminus, Electrabel et Enoco Wind.

Pour couper les ailes à 43 marguerites, il a suffi au total de 38 particuliers tout simplement décidés à consulter un avocat.

Et à chaque fois , le Conseil d’État leur a donné raison, annulant dans trois cas l’autorisation de parc éolien délivrée par la Région wallonne, les suspendant donc les stoppant dans les trois autres, étant certain qu’ils seront eux aussi annulés.

L’erreur récurrente met en cause les services du ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du territoire et de la Mobilité wallon - actuellement Philippe Henry.

Elle a consisté, depuis au moins le 17 juillet 2012, à appliquer les normes de bruit… en vigueur aux Pays-Bas…. alors que la Région wallonne doit évidemment appliquer les normes de la… Région wallonne.

Mais les normes sonores wallonnes datent du 4 juillet 2002 alors que la Région wallonne a été informée des normes néerlandaises treize jours plus tard, le… 17 juillet 2002.

La proximité des dates pourrait être à l’origine de la méprise.

Et voilà bloqués les projets de : Fauvillers (6 éoliennes), Eghezée-Boneffe (12), Tinlot (7 le long de la route de Marche), Beaumont (7), Eghezée-Dhuy (4) et de Gouvy (7) sur la frontière luxembourgeoise, sur un site à 520 mètres d’altitude pourtant réputé "extrêmement venteux".

Et quand ses services ne se trompent pas de réglementation, le ministre a délivré le 23 novembre 2012 un permis pour un parc éolien à Steinbach… en passant outre quatre avis défavorables dont certains de ses… propres services, et malgré une pétition de 1.605 signatures.

Nature et Forêts (DNF) était opposé ainsi que la Commission royale des Monuments et Sites, que la Cellule Bruit et que la DGOA Direction générale opérationnelle de l’aménagement du territoire et de l’énergie.

Et pourtant, le ministre Henry est passé outre et a délivré à Green-Tech un permis pour sept éoliennes géantes.

En huit mois , ce qui est excessivement rapide pour lui, le Conseil d’État a mis à néant l’arrêté du ministre permettant l’implantation et l’exploitation de ce parc d’éoliennes.

Et de quelle manière, en critiquant sévèrement la "motivation insuffisante" du permis. Et les pouvoirs publics n’y sont pour rien : ce sont 12 particuliers qui ont pris Luc Misson pour avocat.

Toutes ces annulations sont d’ailleurs obtenues par des particuliers avec le soutien dans un cas sur six seulement, des associations pro-nature Aves et Natagora.



Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be