Budget: les pompiers s'estiment trahis

Les pompiers n'ont rien vu venir à l'issue du conclave budgétaire, malgré leur appel d'urgence du début de semaine.

Jean-Baptiste Marchal
Budget: les pompiers s'estiment trahis
©Devoghel

C'est un Marc Gilbert furieux qui s'est confié à nous. Déjà passablement énervé début de semaine, à l'occasion d'une conférence de presse initiée "dans l'urgence", il n'a pas mâché ses mots alors qu'aucun financement complémentaire ne semble se profiler. "Nous avons été trahi, explique le Commandant Gilbert, les pompiers en ont marre de ces belles promesses. Nous sommes prêts à aller à l'affrontement."

Le président de la Fédération Royale des Corps de Sapeurs-Pompiers de Belgique avait un dernier espoir de voir le Conseil des Ministres adopter des mesures de financement au travers des primes d'assurance. "Cela représente 12 euros par famille et par an. Le prix de deux paquets de cigarette par famille pour sauver des vies!", s'insurge-t-il. Et d'assurer "qu'il n'avait jamais vu" un tel ras-le-bol au sein des casernes. "Les pompiers sont au bout du rouleau."

Une détresse d'autant plus marquée que les combattants du feu ne comprennent pas qu'un nouvel effort de 12 millions d'euros soit accordé aux services de police, alors qu'ils proposent des pistes de renflouement favorables aux finances de l'Etat. Cela étant, l'idée de préveler une quote-part sur certaines primes d'assurance ne convainc pas tout le monde. Certains craignent qu'il s'agisse d'un surcoût supplémentaire pour les citoyens, ce à quoi les pompiers objectent qu'il s'agit de leur sécurité.

Aucune action précise ne semble être prévue. Les représentants des services de sécurité devraient attendre dimanche, dans l'espoir d'un retournement de situation. Dans le cas contraire, ils n'excluent pas des actions marquantes, à l'image de celle menée il y a quelques mois. Ils avaient alors pénétré la "zone neutre" pour arroser, avec leurs lances, policiers et façades des bureaux du 16 rue de la Loi. A l'époque, un refinancement de 38 millions d'euros avait été accordé par le fédéral, pour ne pas davantage plomber les finances locales.

A moins d'un déblocage du dossier et à en croire Marc Gilbert, les pompiers devraient faire entendre leur voix sous peu "et conscientiser les citoyens, qui nous font majoritairement confiance et devront voter dans quelques mois", termine-t-il.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be