Attentats de Bruxelles: moment de recueillement pour le Roi et la Reine à la station de métro Maelbeek

Le roi Philippe et la reine Mathilde se sont rendus mercredi après-midi à la station de métro Maelbeek, à Bruxelles. L'attaque kamikaze de mardi matin dans une rame de métro qui s'y trouvait a fait 20 morts et plus de 100 blessés.

Belga

Le roi Philippe et la reine Mathilde se sont rendus mercredi après-midi à la station de métro Maelbeek, à Bruxelles. L'attaque kamikaze de mardi matin dans une rame de métro qui s'y trouvait a fait 20 morts et plus de 100 blessés. 

Après être passé par l'aéroport de Bruxelles et l'hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek, le couple royal est arrivé vers 18h00 rue de la Loi. Le Roi et la Reine ont été accueillis par le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, et le patron de la Stib, Brieuc de Meeûs. Le président du CD&V, Wouter Beke, dont le siège du parti se trouve à côté de la station de métro, était également présent.

Une gerbe de fleurs au nom des souverains a été déposée près de l'entrée de métro située à hauteur du 85 rue de la Loi, aux côtés de celles de Charles Michel et du Premier ministre français, Manuel Valls.


Le couple royal s'est rendu à Brussels Airport 

Le roi Philippe et la reine Mathilde se sont rendus mercredi après-midi à l'aéroport national, où plus de dix personnes ont perdu la vie mardi dans les attentats.

Les souverains étaient accompagnés du Premier ministre Charles Michel, de Jacqueline Galant, du gouverneur du Brabant flamand Lodewijk De Witte et du CEO de Brussels Airport, Arnaud Feist. Ils ont rencontré, au centre de crise, les services de secours et les personnes qui ont apporté les premiers secours après les explosions et ont aidé aux évacuations. Les personnes présentes sur les lieux sont revenues sur le déroulement des événements et leur suite.

Le couple royal s'est ensuite rendu à l'intérieur du hall des départs, et y a déposé une gerbe de fleurs près du lieu des explosions. S'y trouvaient également des membres des Fire Emergency Services (FES), des pompiers de l'aéroport ainsi que des services médical, d'inspection et de sécurité de Brussels Airport. Ces personnes ont été les premières à porter secours aux victimes et à gérer les évacuations d'urgence. Le Roi et la Reine se sont entretenus avec chacun d'entre eux, les remerciant et les félicitant pour leur dévouement et leur courage.

Les souverains n'ont pas oublié de saluer les membres de la Protection civile, du labo de la police fédérale, de la DVI (qui s'occupe des identifications des victimes), et les paracommandos qui gardent depuis mardi l'aéroport.

Le couple a également pu prendre connaissance des dommages matériels subis.

Après l'aéroport, les souverains se sont rendus à l'hôpital militaire de Neder-Over-Hembeek, qui a accueilli mardi une centaine de victimes dont 17 sont encore soignées mercredi. Ils se recueilleront ensuite à la station de métro Maelbeek.


Le couple royal au chevet de blessés à l'hôpital Erasme

Le roi Philippe et la reine Mathilde se sont rendus mercredi matin au chevet de plusieurs victimes des attentats, hospitalisées à l'hôpital Erasme à Anderlecht, où seize blessés ont été accueillis, a constaté l'agence Belga. Deux des blessés luttent encore pour leur vie, alors qu'un autre est décédé dans le courant de la nuit, a-t-on appris sur place.

Les souverains étaient accompagnés par le Premier ministre Charles Michel et la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. Ils ont écouté les explications données par les médecins urgentistes de l'hôpital universitaire sur l'accueil des victimes de l'attentat-suicide commis mardi matin à l'aéroport de Bruxelles-National et de l'explosion survenue peu après dans la station de métro Maelbeek.

Le couple royal s'est entretenu avec deux blessés conscients.

L'hôpital Erasme a accueilli seize blessés, dont six, légèrement touchés, ont déjà pu regagner leur domicile. Trois autres devraient pouvoir quitter l'établissement d'ici quelques jours.

Sept patients ont été admis en soins intensifs, dont un est décédé. Deux autres sont toujours dans un état critique, alors que l'état de santé des quatre autres est considérée comme stable.

Des ressortissants étrangers figurent parmi les victimes, dont un Britannique, un Français et un Japonais.


Minute de silence et recueillement observés par les autorités à Schuman et Maelbeek

Une minute de silence a été observée mercredi midi au Berlaymont et sur le parvis situé devant l'institution à la suite des attentats perpétrés mardi matin à l'aéroport de Zaventem et à la station de métro Maelbeek à Bruxelles.

Seule la délégation officielle, composée notamment des Premiers ministres belge Charles Michel et français Manuel Valls ainsi que du roi Philippe, de la reine Mathilde et de nombreux membres du gouvernement, dont le ministre de l'Intérieur Jan Jambon et le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, a pu entrer dans le bâtiment de la Commission européenne pour se recueillir.

Quelques officiels, dont Charles Michel et Manuel Valls, sont ensuite partis en voiture vers la station de métro Maelbeek pour participer, à l'abri des regards, à une cérémonie de recueillement officielle. Les Premiers ministres belge et français ainsi que la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ont déposé des couronnes de fleurs devant l'entrée de la station, le long de la rue de la Loi, avant de se prendre mutuellement dans les bras.

Plus tôt dans la journée, une dizaine de travailleurs de la Stib avaient eux aussi tenu à déposer des fleurs et des peluches à quelques mètres du métro. "C'est une action spontanée du personnel. Nous voulions être là car nous sommes conscients que cela peut arriver à chacun d'entre nous", avait expliqué un conducteur de bus.

Vers 11h00, une délégation de parlementaires du parti d'extrême-droite Vlaams Belang s'était déjà rendue à proximité de la station martyre où une couronne de fleurs a été déposée à côté de prières et de simples bouquets apportés par des anonymes souhaitant rendre hommage aux victimes.

Un dernier bilan des attaques commises mardi à l'aéroport de Zaventem et à la station de métro Maelbeek fourni par la ministre de la Santé Maggie De Block s'établissait mercredi matin à "environ 31 morts" et 260 blessés.

Les autorités bruxelloises et le personnel de la Stib se sont rassemblés à Delta

A l'initiative du gouvernement bruxellois et en solidarité avec personnel de la Stib, plus d'une centaine de personnes se sont rassemblées, mardi midi, à la station Delta, pour une minute de silence en hommage aux victimes des attentats terroristes de mardi à Bruxelles. Le ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale Rudi Vervoort a ouvert l'événement en encourageant le personnel présent à ne pas se laisser impressionner par les terroristes.

"La ville a été touchée dans son coeur, dans son âme, dans ses veines", a déclaré le ministre de la Mobilité Pascal Smet. "Les transports en commun font bouger Bruxelles et il ne faut pas que Bruxelles s'arrête de vivre. Hier soir, quand je suis allé saluer les chauffeurs de la Stib, j'ai vu qu'ils voulaient le faire. On voulait les remercier et leur montrer notre respect pour leur travail. Ensemble, on ne laissera pas s'arrêter cette ville", a-t-il ajouté. Les secrétaires d'Etat bruxelloises Bianca Debaets, Fadila Laanan et Cécile Jodogne étaient également présentes aux côtés de la ministre bruxelloise Céline Fremault.

"On voulait montrer qu'on était unis malgré tout", a soutenu un chauffeur de bus présent au rassemblement. "On voulait d'abord être là pour les victimes et leurs proches, pour leur montrer qu'on se sentait concernés. On pense qu'environ 25 à 30% d'agents n'ont pas pris leur service ce mercredi, par peur de venir travailler. On comprend leur peur et on les soutient, mais en même temps, à travers ce rassemblement, on voulait les encourager à ne pas céder à ce genre de pression et à faire en sorte que le service public fonctionne".

Françoise Ledune, porte-parole de la Stib, n'est pas en mesure de confirmer pour l'instant le taux d'absentéisme annoncé. Elle assure toutefois que le réseau restreint prévu avec les autorités a pu être totalement couvert. Celui-ci n'autorise que 14 stations de métro qui ont été concentrées sur le tracé des lignes 1 et 5. Françoise Ledune rapporte que la fréquence des lignes de bus a diminué de moitié depuis 14H00, mais un contingent de chauffeurs est attendu pour l'après-midi.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be