Le Roi appelle à se lever contre les extrémismes et les populismes (ANALYSE)

Dans son discours à l'occasion de la Fête nationale, le roi Philippe a redit sa confiance en la jeunesse. Analyse du discours royal par Antoine Clevers.

Antoine Clevers

Analyse du discours royal à l'occasion de la fête nationale par Antoine Clevers.


C’est le message fort de son discours. Dans un contexte de morosité absolue à cause des attentats, de la crise migratoire ou du Brexit, le roi Philippe a appelé les Belges à ne pas céder aux sirènes et aux messages simplistes et trompeurs des populismes et des extrémismes, qui égrènent un peu partout en Europe.

“Il faut éviter que de faux prophètes, jouant sur l’émotion, n’exploitent ces fractures et ces vulnérabilités”, a-t-il déclaré ce mercredi dans son discours pour la Fête nationale. Il fait référence tant aux prédicateurs religieux qu’aux agitateurs de haine de tout poil, notamment politiques. “En désignant des boucs émissaires, ils ne font que creuser davantage les fossés entre religions, entre peuples, et finalement entre nous tous.”

“Dans un tel contexte je veux vous encourager à renforcer tout ce qui contribue à la cohésion et la justice dans notre société. Pour ce faire, nous disposons d’atouts majeurs”, poursuit-il.

Nos démocraties, les sociétés belge et européenne, traversent depuis quelques années une longue période de turbulences. Mais derrière ce constat, le Roi a voulu livrer un message d’espoir. A trois niveaux. D’abord, “dans (la) longue tradition (belge) d’ouverture et d’engagement”. Il résume : c’est “l’unité dans la diversité”, qu’elle soit religieuse, linguistique ou politique.

L’exemple de la jeune génération

Deuxièmement, il redit son espoir et sa confiance en la jeunesse, un point sur lequel il insiste dans la plupart de ses discours. “Vous les jeunes cherchez de plus en plus le bien-vivre ensemble avant le confort matériel. […] Vous avez appris à vous ouvrir aux autres, à d’autres pays et à d’autres cultures. Vous savez que cela engendre l’échange d’idées, la créativité et l’innovation, l’enrichissement culturel et l’épanouissement personnel.” Le chef de l’Etat voit là une véritable source d’inspiration pour les décideurs actuels. Il cite en exemple la “pépinière de start-ups et d’entreprises sociales” qui existe en Belgique et qu’il soutient ardemment dans ses activités officielles, comme le démontrent les images diffusées en fin d'allocution.

Enfin, troisièmement, sans angélisme aucun, il a tenu à exprimer son espoir en l’avenir, parce que, estime-t-il, la société belge est capable de faire preuve de “courage”. Après les attentats du 22 mars à Bruxelles et Zaventem, “vous, les blessés et les membres des familles touchées, avez réagi à cette épreuve avec une infinie dignité”. “Ce courage nous est donné en exemple. Il permet de garder confiance – en nous-même, dans les autres, et dans nos institutions – quand les crises se succèdent et ébranlent nos certitudes.”

“Unissons nos forces, en Belgique et en Europe. Ayons confiance en l’avenir”, conclut le Roi dans ce qui constitue probablement son discours le plus abouti depuis sa montée sur le Trône, il y a tout juste trois ans.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be