584 appels par jour pour l’horloge parlante

Si le télégramme va bientôt disparaître, tous les services désuets de Proximus ne vont pas passer à la trappe : l’horloge parlante, elle, est maintenue.

Thibaud Kueny
584 appels par jour pour l’horloge parlante

Si le télégramme va bientôt disparaître, tous les services désuets de Proximus ne vont pas passer à la trappe : l’horloge parlante, elle, est maintenue.

"Au troisième top, il sera 9 heures, 52 minutes et 44 secondes. Bip. Bip. Bip. Au troisième top, il sera…" Cette petite voix, plusieurs centaines de personnes continuent de l’entendre chaque jour. Alors que le télégramme voit ses derniers jours arriver, l’horloge parlante, elle, fait de la résistance.

Mise en place en 1941, l’horloge parlante a vécu son heure de gloire jusqu’au début des années 2000. "En 2001, près de 10.000 personnes appelaient chaque jour le 078/05.13.00 pour connaître l’heure exacte", dévoile Haroun Fenaux, porte-parole de Proximus. Si, avec la démocratisation d’Internet, la demande est en baisse, l’horloge parlante continue de recevoir 584 appels par jour, soit un appel toutes les deux minutes trente environ.

Parfois des milliers d’appels en une journée

Plus encore lors des changements d’heure, puisqu’en mars 2017, l’horloge parlante a reçu plus de 8000 appels dans les trois jours qui ont suivi le passage de l’heure d’hiver à l’heure d’été.

"Nous ne pouvons pas dire avec certitude qui sont ces centaines de personnes qui continuent d’appeler l’horloge chaque jour", précise Haroun Fenaux, "mais tant qu’il y a de la demande, il n’est pas question de mettre fin à ce service."

Au contraire, ce service d’un autre âge a même été entièrement renouvelé en 2014-2015 : "L’horloge physique a disparu, le système ainsi que les voix française, néerlandaise, anglaise et allemande ont été remplacés et digitalisés", précise le porte-parole.

Grâce à cette modernisation, l’entretien du système coûte de moins en moins cher à la société de télécommunication qui facture le service au prix d’un appel local, soit 0.74 centimes le coup de fil. "Nous continuons cependant de faire un bilan, plusieurs fois par an, pour s’assurer de l’intérêt du maintien du système", nuance Haroun Fenaux, avant de se montrer plus optimiste : "L’horloge parlante a encore quelques années de bons et loyaux services devant elle."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be