Liesbeth Homans remet en cause une mosquée à Louvain, qui conteste les reproches

La ministre-présidente flamande, Liesbeth Homans (N-VA), a engagé une procédure pour que la mosquée Al Ihsaan à Wilsele (Louvain) perde sa reconnaissance officielle et ne reçoive plus de subsides, mais celle-ci a contesté vendredi les reproches qui lui sont adressés à propos de déclarations d'un imam. L'administration communale louvaniste a quant à elle dénoncé l'approche de Mme Homans.

Belga
Liesbeth Homans remet en cause une mosquée à Louvain
©Belga

La ministre-présidente flamande, Liesbeth Homans (N-VA), a engagé une procédure pour que la mosquée Al Ihsaan à Wilsele (Louvain) perde sa reconnaissance officielle et ne reçoive plus de subsides, mais celle-ci a contesté vendredi les reproches qui lui sont adressés à propos de déclarations d'un imam. L'administration communale louvaniste a quant à elle dénoncé l'approche de Mme Homans.

"Les droits des femmes sont respectés tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de la communauté" musulmane, a indiqué la direction de la mosquée dans un bref communiqué.

"Nous déplorons aussi que le gouvernement flamand n'ait pas mené de consultation préalable avec la direction (de la mosquée pour vérifier les allégations" portées à son encontre, ajoute le texte.

La mosquée avait été critiquée en 2017 après les déclarations d'un imam justifiant la violence physique envers les femmes "qui se comportent mal". Le lieu de culte avait alors été fermé préventivement.

Depuis décembre, l'homme est à nouveau actif dans la mosquée. Il y aurait, selon la ministre-présidente, de sérieux éléments indiquant que l'établissement de Wilsele ne respecte pas les critères de reconnaissance pour bénéficier de subsides. Des cours y seraient notamment donnés par une organisation salafiste, rapportaient vendredi les journaux 'De Morgen' et 'Het Laatste Nieuws'.

Mme Homans a envoyé une lettre à l'Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB), à la direction de la mosquée, aux conseils communaux de Louvain et de Herent ainsi qu'à la province du Brabant flamand. Ces instances ont 60 jours pour rendre un avis, après quoi une décision sera prise sur le maintien ou non de la reconnaissance.

C'est la deuxième fois que Mme Homans lance une telle procédure concernant une mosquée, après un autre cas à Beringen. L'établissement, la mosquée Fatih, avait finalement perdu sa reconnaissance officielle.

L'administration communale de Louvain, une ville dirigée par une majorité sp.a, CD&V et Groen sous la houlette du bourgmestre socialiste Mohamed Ridouani, a pour sa part déploré vendredi ne pas avoir été informée préalablement de la décision de Mme Homans.

"Cette approche crée une atmosphère négative dans laquelle une communauté est stigmatisée sans possibilité de réponse et sans dossier substantiel", a ajouté l'administration de la ville.

Elle a aussi fait état d'une collaboration positive avec la mosquée Al Ihsaan. "Les expériences et la collaboration avec le voisinage, la police, les services communaux et les autres partenaires concernés sont posififs", a ajouté la ville.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be