Foires annulées : le coup de gueule des forains, qui dénoncent "le manque de cohérence de nos autorités"

Ils dénoncent une discrimination : “tout le monde n’est pas sur un pied d’égalité”

Foires annulées : le coup de gueule des forains, qui dénoncent "le manque de cohérence de nos autorités"
©JC GUILLAUME

Ils dénoncent une discrimination  face à la tenue ou non d'événements devant le coronavirus : “tout le monde n’est pas sur un pied d’égalité”

À Halle, comme à Wavre, la décision a été prise par les autorités communales : “pas de cortège carnavalesque et pas de foire pour cause de coronavirus.”

Pour les forains, la décision n’est pas justifiée et ils dénoncent deux poids deux mesures. “On ne comprend pas pourquoi une telle mesure est prise au cas par cas en fonction des communes. À Gand ou à Schaerbeek, la foire est maintenue, à Wavre et à Halle elle est annulée. Où est la cohérence ? D’autant qu’aujourd’hui le marché de Halle s’est tenu. Où est la différence ?” s’indigne Patrick De Corte, président bruxellois des forains.

Pour autant, tous comprennent que des mesures doivent être prises. “Nous ne sommes pas fous et nous ne demandons pas à travailler quoi qu’il arrive, quitte à braver le danger sanitaire. Si on décrète que le pays est à l’arrêt comme en Italie, on le comprendra aisément et on se pliera à la règle. Ce qui nous choque, dans le cas présent, c’est justement l’absence de décision cohérente de la part des autorités. On a l’impression que tout est laissé à l’appréciation du bourgmestre. Ce n’est pas normal. C’est pareil pour les rassemblements de moins de 1 000 personnes. Ils sont autorisés même s’il y a un avis défavorable des autorités. Comment expliquer qu’une boîte de nuit rassemblant 999 personnes confinées a le droit d’ouvrir et une foire en plein air est annulée ? De même, pourquoi les forains doivent-ils être réduits au chômage alors que Plopsaland ou Aqualibi peuvent ouvrir ?”

Pour les plus jeunes forains, le début de la saison a déjà été malmené par la météo exécrable. “Ce sont de jeunes travailleurs qui ont besoin de leur métier pour payer leurs factures, comme tout le monde. Maintenant, ils n’ont plus de rentrées et au vu de la situation qui est loin de s’améliorer, ce sont aussi les vacances de Pâques qui sont menacées.”

Une catastrophe économique pour le secteur, même si les forains gardent bien à l’esprit l’enjeu sanitaire. “Quand on voit ce qui se passe en Italie, nous ne sommes pas contre un lockdown du pays pour éviter de vivre pareille situation. Si le pays doit être à l’arrêt pendant deux ou trois semaines pour en sortir, alors il faut le faire, mais pour tout le monde, pas au cas par cas.”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be