Pourquoi il faut prendre avec prudence les chiffres élevés de mortalité en Belgique

La Belgique est le deuxième pays le plus touché par le taux de mortalité du nouveau coronavirus.

Rédaction

La Belgique est le deuxième pays au monde le plus touché par le coronavirus par million d'habitants.

Le coronavirus continue de faire des ravages dans le monde entier. Aujourd'hui, la Belgique talonne l'Espagne en ce qui concerne le taux de mortalité du nouveau coronavirus avec 359 décès par million d’habitants pour 386 décès côté ibérique. Comment expliquer ces chiffres inquiétants?

Pour le virologue Marc Van Ranst, ils s'expliquent par le comptage belge qui fait grossir les chiffres en comparaison avec d'autres pays. C'est ce qu'il a expliqué sur le plateau de la VRT: "Tous les décès survenus en maison de repos sont inclus dans les statistiques belges du coronavirus." Cela implique qu'il n'existe aucune différence entre les personnes décédées d'une crise cardiaque ou d'autres maladies, et celles suspectées d'être décédées à cause du coronavirus. Forcément, cela implique que les chiffres sont faussés.

Les autres pays ne tiennent compte uniquement des décès survenus dans les hôpitaux et non ceux dans les maisons de repos. De plus, en Belgique, chaque mort suspect est inclus dans les chiffres. Même sans test au préalable.

Lors de la conférence de presse journalière au SPF Santé Publique, Emmanuel André est d'ailleurs revenu sur cette problématique. "Savoir avec certitude qu'une personne en maison de repos est morte du coronavirus est très difficile", a poursuivi Emmanuel André, qui a souligné que par le passé les tests diagnostiques étaient très limités dans ces endroits. Il poursuit: "La façon dont nous comptons le nombre de décès en Belgique a pour objectif de nous donner la meilleure vue sur la situation et de bien comprendre les défis auxquels nous faisons face."

Selon lui, il n'y a aucune raison de changer de système. "En Belgique, si l'on prend uniquement le nombre de décès confirmés dans les hôpitaux, nous sommes à 2252 décès (NDLR: contre 4440 officiellement recensés). Nous allons maintenir ce système qui est très complet et nous allons continuer à faire la part des choses."

Comment faire pour mieux analyser les chiffres?

Selon l'expert Emmanuel André, il est probable que le nombre de décès liés au Covid-19 ait été surestimé. "Des études sont en cours pour faire la part des choses, pour pouvoir donner une image plus précise de la situation. Ces études sont basées sur l'analyse de la surmortalité. Dans chaque région, dans chaque maison de repos, on s'attend de façon historique à avoir un certain nombre de décès. Ces études vont donc regarder combien de décès supplémentaires il y a eu par rapport au nombre attendu. Cela nous permettra d'affiner la surmortalité liée au coronavirus. Nous pensons que cette étude nous permettra de diminuer le nombre de décès liés au coronavirus."

Sur la VRT, Marc Van Ranst avait corroboré les propos de Emmanuel André.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be