Le beau geste de la Thaïlande pour les mahouts, soigneurs d’éléphants de Pairi Daiza

L’ambassade de Thaïlande a pensé aux soigneurs d’éléphants confinés en Belgique.

Le beau geste de la Thaïlande pour les mahouts, soigneurs d’éléphants de Pairi Daiza
©REPORTERS

L’ambassade de Thaïlande a pensé aux soigneurs d’éléphants confinés en Belgique.

Un très beau geste de l’ambassade royale de Thaïlande, envers ses ressortissants soigneurs d’éléphants vivant en Belgique : l’ambassade a pensé aux sept mahouts du parc Pairi Daiza, confinés suite au coronavirus.

À la fois guides et soigneurs, les cornacs, encore appelés mahouts, accompagnent les éléphants tout au long de leur existence. Pairi Daiza abrite le plus grand troupeau d’Europe d’éléphants, 22 au total dont 2 d’Afrique et 20 d’Asie emmenés par la femelle Mala, l’aînée, âgée de 57 ans !

Pour eux, Pairi Daiza privilégie la technique hands on, le contact direct entre l’animal et les soigneurs. Parmi les soigneurs, sept mahouts sont donc venus spécialement de Thaïlande.

Élevés depuis leur enfance avec des pachydermes, ils perpétuent 5 000 ans de tradition. En Asie, chacun s’occupe en principe d’un seul éléphant au cours de sa vie. Leur pratique s’apprend de génération en génération. Le mahout utilise un langage que seul l’animal comprend.

Les sept mahouts vivent à Pairi Daiza depuis 2012. Avec la crise sanitaire, leur ambassade n’a pas voulu les oublier. "Un beau geste de la part de l’ambassade de Thaïlande", confie Claire Gilissen , porte-parole du parc.

Les mahouts sont loin de chez eux, loin des leurs. Le confinement a pu renforcer un sentiment d’isolement. Ils ne manquent de rien cependant. Ils font partie du personnel à part entière. Dans les contrats, le logement est fourni ainsi que la nourriture.

Pairi Daiza chouchoute ceux qui chouchoutent les pachydermes.

Leur ambassade a eu la délicate attention de leur faire livrer des colis contenant des masques, des gants, du gel hydroalcoolique, et tout ce qu’il fallait à chacun pour se préserver du virus, ainsi que de la nourriture typique du pays.

L’ambassade a songé à la difficulté de se procurer des spécialités thaïlandaises, en période de confinement, dans la région de Brugelette.

Hier, le parc ignorait quand il pourrait rouvrir au public. "Nous n’avons aucune perspective". Mais à Pairi Daiza, l’activité est intense pour préparer le grand jour.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be