Les engelures comme signes du Coronavirus ? "Plutôt un effet causé par notre inactivité et notre sédentarité durant ce confinement"

Ces lésions pourraient être une conséquence indirecte du confinement, et notamment de la sédentarité qu’il implqiue. C'est ce qui ressort d’une étude menée au sein du service de dermatologie des Cliniques universitaires Saint-Luc.

Il y a quelques semaines, plusieurs dermatologues alertaient la population et le corps médical sur ce qu'ils considèrent comme des "manifestations cutanées" de la maladie Covid-19, notamment des rougeurs persistantes. En effet, certaines lésions de la peau pourraient être associées au Covid-19, expliquées par une multiplication de cas d’engelures en particulier au niveau des pieds, et plus rarement des mains, principalement chez des adolescents et jeunes adultes. Un lien entre ces engelures et le COVID-19 a donc été évoqué.

Des médecins alertaient sur un symptôme apparemment lié au coronavirus : des engelures aux pieds, normalement caractéristiques d’une exposition au froid. D'ailleurs, le 9 avril, le Conseil général des écoles officielles de podologie d’Espagne a publié une déclaration révélant que plusieurs patients atteints de coronavirus présentaient de telles lésions : "Ce sont des lésions violettes (très similaires à celles de la varicelle, de la rougeole ou des engelures) qui apparaissent généralement sur les orteils et qui guérissent normalement sans laisser de marque".

Les engelures comme symptômes liés au Coronavius ? "C'était également notre première idée au vu de la multiplication des cas observés par les médecins en cette période de Covid-19. Toutefois, ces symptômes sont normalement liées au froid et sont propres à la période hivernale, or, les températures étaient élevées au mois d'avril", rapporte le Pr Marie Baeck, chef du Service de dermatologie au sein des Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles. Une étude menée au sein du Service de dermatologie des Cliniques universitaires Saint-Luc a donc voulu déterminer si ces engelures étaient indicatives de COVID-19.

L’équipe de recherche a actuellement inclus 47 patients (moyenne d’âge de 26,5 ans) présentant des engelures typiques qui touchaient principalement les pieds des personnes. Plus de la moitié d’entre elles rapportaient avoir présenté d’autres manifestations suggestives du COVID-19 (notamment fièvre, toux, rhume, troubles digestifs). Pour chaque patient, une anamnèse détaille a été réalisée : délai d’apparition des engelures, antécédents de maladies auto-immunes et/ou d’engelures, médications, habitudes de vie comme l’activité physique, le temps d’écrans, etc. Les chercheurs ont également effectué un frottis nasopharyngé pour détecter la présence du virus par RT-PCR, une prise de sang pour sérologies COVID-19 et recherche des marqueurs des causes classiques d’engelures. Des biopsies cutanées pour des examens histologiques et en immunofluorescence ont également fait partie du bilan.

"Il n'y a pas de lien lié à l'infection au Covid"

Résultats : les frottis nasopharyngés et les sérologies COVID-19 se sont révélés négatifs pour les 47 patients. L’étude n’établit donc pas d’association directe entre les engelures et le COVID-19. "Nous n'avons donc pas pu établir de liens entre infection au coronavirus et engelures. On l'a vérifié sur une grande série de patients et les conclusions sont identiques", ajoute celle qui est également responsable de l'étude en question.

Mais alors comment expliquer l'apparition massive de ces symptômes durant une époque qui est normalement peu propice ? La réponse se trouve dans notre mode de vie actuel. "Pour en savoir plus, nous avons alors interrogé nos patients. Nous nous sommes rendus compte qu'au sein de ce public, plutôt des jeunes adultes de 26 ans, beaucoup travaillent à domicile et ont réduit leur activités physiques et ont sensiblement augmenté leurs temps passé devant les écrans. De plus, leurs habitudes vestimentaires ne sont plus les mêmes, ils passent la journée sans chaussettes, pieds-nu et donc sans la protection habituelle. Cette immobilité, cette inactivité et sédentarité va réduire la perfusion sanguine au niveau des membres inférieurs, ce qui favorise les problèmes d'engelures", détaille Marie Baeck.

Pour le Dr Dominique Tennstedt, dermatologue au sein des cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles, il est désormais nécessaire de prendre des pincettes lorsqu'on constate un cas de Covid-19 suite à des observations d'engelures chez un patient. "On a eu un seul cas chez nous et on l'a traité avec grand fracas, on en a parlé à la télé et on en a fait une complication. Tout cela n'est sûrement pas lié au Covid mais plutôt à l'isolation que l'on vit actuellement. En effet, on reste chez nous, on reste en pijama, on est devant notre ordinateur et on a réduit nos mouvements. Ainsi, la circulation se fait moins bien, on est souvent pied nu ou en chaussettes voire en chaussons, le froid ferme donc nos vaisseaux pour protéger notre chaleur du corps. Tout cela rafraîchit les pieds, et peut chez certains provoquer des engelures quand la circulation du sang de certains est moins bonne, comme c'est le cas chez les dames un peu plus âgées".

Les engelures comme signes du Coronavirus ? "Plutôt un effet causé par notre inactivité et notre sédentarité durant ce confinement"
©D.R.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be