Chômage, formations et métiers en pénurie: "Si on va au bout de la logique de sanction de Georges-Louis Bouchez, les gens vont débarquer dans les PME avec des pieds de plomb"

Sanctionner les chômeurs qui refusent un job en pénurie ? P.-F. Nyst (UCM) : "La personne sera là car obligée. Ce peut être délicat."

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez a proposé samedi dans Le Soir de sanctionner les demandeurs d'emploi qui refusent un emploi en pénurie, ou de se former pour exercer l'un de ses métiers. "Un chômeur de longue durée (plus de deux ans) qui refuserait deux formations et/ou deux emplois dans un métier en pénurie doit pouvoir être directement sanctionné", estime-t-il, évoquant comme sanction une exclusion pure et simple du chômage ou du CPAS. 125 métiers sont actuellement en pénurie en Wallonie, et Bruxelles identifie 112 professions critiques. C'est particulièrement le cas du secteur de la construction. Or, en juin, il y avait 66 098 demandeurs d'emploi en Flandre, 36 476 à Bruxelles et 70 108 en Wallonie. Des sanctions permettraient-elles de convertir une partie des 190 000 chômeurs en maçons ou en bouchers? "Les sanctions existent déjà. Un demandeur d'emploi qui ne répond pas à des offres peut subir des sanctions, avec à terme une suspension d'allocations....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité