Les soins intensifs se vident malgré Omicron: "Avant, 25% des hospitalisés terminaient aux soins intensifs. Désormais, on est aux alentours de 10%"

La vague Omicron diffère des précédentes. C'est dans les hôpitaux que cette différence est la plus marquée.

Aurélie Demesse
Les soins intensifs se vident malgré Omicron: "Avant, 25% des hospitalisés terminaient aux soins intensifs. Désormais, on est aux alentours de 10%"
©BELGA
La vague Omicron diffère des précédentes et c’est dans les hôpitaux que la distinction est la plus marquée. Il existe en effet une réelle dissociation entre l’explosion des contaminations et les admissions à l’hôpital. Les soins intensifs, eux, continuent à se vider. Selon le dernier bulletin...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité