L'Horeca pousse un "ouf" de soulagement, mais dénonce une "incohérence": "C'est vraiment très étrange"

Le secteur horeca poussait un véritable "ouf" de soulagement vendredi à l'issue du Comité de concertation et de la décision de basculer au code orange du baromètre corona à partir du vendredi 18 février.

Belga
Le port du masque n'est ainsi plus obligatoire pour les clients, la règle des six personnes par table est supprimée et il n'y aura plus d'heure de fermeture.
Le port du masque n'est ainsi plus obligatoire pour les clients, la règle des six personnes par table est supprimée et il n'y aura plus d'heure de fermeture. ©Shutterstock

Cela signifie la réouverture du secteur sans limite horaire et la fin de la limitation du nombre de personnes par table (actuellement 6), et du port du masque obligatoire pour la clientèle. Seul le personnel a encore l'obligation de porter un masque. Le Covid Safe Ticket sera, en revanche, lui toujours nécessaire pour pouvoir accéder aux restaurants et bars. "Cette réouverture sans limite horaire était plus qu'importante pour le secteur", souligne ainsi Fabian Hermans, le président de la fédération Horeca Bruxelles. "La fermeture obligatoire à minuit représentait un important manque à gagner pour les restaurants et bars", explique-t-il. Dorénavant, deux services seront à nouveau possibles en soirée, les bars pourront plus largement rouvrir et cela permettra de remplir la trésorerie. "Tout le secteur est dans une situation assez catastrophique à ce point de vue"', alerte ce responsable.

"Il était grand temps", réagit, pour sa part, Erik Beunckens, directeur délégué de la Fédération des cafés de Belgique (FedCaf). "Notre secteur est vraiment dans une situation très précaire", s'inquiète-t-il. "Tout cela a pris beaucoup trop de temps. Le soutien aux cafés a disparu beaucoup trop rapidement, laissant beaucoup d'entre nous dans de réelles difficultés. Nous ne connaissons pas encore le bilan définitif mais, après une enquête auprès de nos membres, je crains que sur les 13.000 établissements actuels, moins de 10.000 subsisteront à la fin de 2022."

La fédération Horeca Bruxelles appelle dès lors à la mise en place de mesures de soutien pour le secteur par le gouvernement bruxellois, alors que des décisions en ce sens ont déjà été prises en Flandre et en Wallonie. "A Bruxelles, c'est toujours le flou complet", déplore Fabian Hermans, parlant de situation "catastrophique", avec des établissements dans l'hypercentre de la capitale perdant entre 40 et 60% de chiffre d'affaires.

Le secteur a par ailleurs un besoin criant de personnel, "à tous les niveaux: bars, boîtes de nuit, restaurants et restaurants d'entreprise", a encore souligné le président de la fédération Horeca Bruxelles.

Une personne qui devra continuer à porter le masque alors que cela ne sera plus imposé à la clientèle. "Encore une incohérence", regrette Fabian Hermans, qui espère que cette obligation tombera très rapidement.

"C'est vraiment très étrange", abonde la Fédération des cafés de Belgique. "C'est incroyablement fatigant et ennuyeux. Les clients peuvent laisser leur masque buccal sans le porter, ils ne doivent le porter que lorsqu'ils se déplacent, mais pour nous, c'est une journée entière de travail. Nous demandons que cela soit également modifié", insiste Erik Beunckens.

De son côté, le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) se félicite de ces assouplissements, estimant qu'il "était urgent d'abolir également l'heure de fermeture et les limitations du nombre de convives par table dans l'horeca".

"La vie nocturne est autorisée à bourdonner à nouveau, l'heure de fermeture est abandonnée, plus de masques pour les clients, consommation debout, autant de personnes que l'on veut à table dans un restaurant ou lors d'une fête.... Nous sommes sur la voie de l'ancienne normalité. Aujourd'hui, l'orange apporte à nouveau avec lui des nuits pétillantes", se réjouit enfin Horeca Vlaanderen, la fédération flamande de l'horeca, qui espère un passage rapide du baromètre corona au jaune. Cela signifierait la fin du port du masque pour le personnel et du recours au CST pour pouvoir accéder aux bars, cafés et restaurants.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be