Cinémas, bars ou restaurants, l'attente est la même : "Nous attendons avec impatience la fin du CST"

Les annonces du Codeco de ce vendredi sont plus attendues que jamais par plusieurs secteurs qui espèrent pouvoir reprendre au plus vite une activité normale, et surtout sans CST...

François Thys
Plusieurs secteurs espèrent voir le Codeco confirmer la suspension du CST.
Plusieurs secteurs espèrent voir le Codeco confirmer la suspension du CST. ©BELGA

Si la situation géopolitique sur la scène Internationale ne cesse de se dégrader, les nouvelles sont nettement plus encourageantes sur le front de la pandémie du Covid-19. Depuis plusieurs semaines, la situation dans les hôpitaux et les soins intensifs s'améliore et un retour à la vie normale semble de nouveau envisageable dans les mois à venir.

Le gouvernement fédéral organisait dès lors un nouveau comité de concertation ce vendredi, et il est plus attendu que jamais par de nombreux professionnels en Belgique.

Relancer la machine économique au plus vite

Parmi les mesures évoquées en cas de retour du baromètre en code jaune, il y a la fin du CST pour accéder aux établissements de l'Horeca. "Nous attendons la fin du CST avec impatience", glisse d'entrée Fabian Hermans, administrateur délégué de la fédération Horeca Bruxelles. S'il reconnait que "le CST a permis aux établissements de rester ouverts pendant la crise", il est aujourd'hui davantage un frein à l'activité.

"Les Régions auront le pouvoir de le suspendre, et j'espère qu'elles le feront au plus vite, que ce soit à Bruxelles, en Flandre ou en Wallonie. La situation s'améliore dans les hôpitaux, dans les services de soins intensifs, les conditions sont réunies", ajoute-t-il.

La fin du CST ne signifiera pas pour autant la reprise toutes voiles dehors. "Les freins principaux restent l'absence de touristes, des voyages internationaux avec toutes les conférences et séminaires qui en découlent, et le télétravail qui maintient une partie des travailleurs à domicile. Il va falloir redémarrer la machine entrepreneuriale, c'est vital pour la reprise du secteur", souligne encore Fabian Hermans, qui rappelle que le secteur est toujours amputé de 30 à 40 % de son chiffre d'affaires.

Les cinémas, plus jamais fermés

Même son de cloche du côté des cinémas. "La fin du CST est très attendue. Il y avait une réelle demande de la part des exploitants de cinémas : depuis quelques semaines, le contrôle des CST engendrait des problèmes avec des clients, alors que les propriétaires de salles faisaient simplement leur travail", commente Thierry Laermans, secrétaire général de la Fédération des cinémas de Belgique.

La levée du CST signifie la disparition de l'obstacle le plus important à une pleine reprise ? "Le plus gros problème aujourd'hui c'est la météo : il fait trop beau", plaisante-t-il, avant de reprendre. "Il y a toujours le port du masque : le garder pendant deux heures, ce n'est pas très confortable pour les spectateurs. Mais en code jaune, le port du masque serait également levé, tout comme la jauge limitée pour lessalles."

Qui plus est, rappelle notre interlocuteur, le secteur cinématographique avait mis en place des mesures supplémentaires pour pérenniser son activité. En collaboration avec le SPF Santé publique, un label de qualité de l'air ("Respirez, vous êtes au ciné") a été mis en place pour garantir que les salles soient des endroits sûrs, "que ce soit via la ventilation ou la purification. Normalement, il signifie que nous ne devrons plus fermer les cinémas", se félicite-t-il.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be