Décès du petit Gino: Donny M. aurait fait ses premières victimes à l’âge de 12 ans

Le suspect dans l’enlèvement et la mort du petit Gino, "en proie à des troubles sexuels", s’en serait notamment pris à un enfant d’1 an.

Ponciau Sébastien
Décès du petit Gino: Donny M. aurait fait ses premières victimes à l’âge de 12 ans
©D.R.

Donny M., l’homme suspecté d’être impliqué dans la mort de Gino, l’enfant de 9 ans dont le corps a été retrouvé samedi matin à Geelen dans le Limbourg néerlandais, sera entendu mardi à Roermond, aux Pays-Bas. L’homme de 22 ans est non seulement soupçonné d’être impliqué dans la mort du garçon mais il est également suspecté d’enlèvement. Son ADN aurait été retrouvé sur des objets appartenant au petit garçon.

Gino a été vu pour la dernière fois mercredi soir sur un terrain de football, où il jouait avec plusieurs enfants. Le garçon, qui vivait à Maastricht, séjournait depuis une semaine à Kerkrade, près de la frontière allemande, chez sa sœur de 32 ans, parce que sa mère était malade et ne pouvait pas s’en occuper.

Des centaines de personnes l’ont cherché pendant deux jours à Kerk-rade et à Landgraaf, où une trottinette ressemblant beaucoup à celle de Gino avait été découverte jeudi dans une piscine.

Dimanche, un suspect a été interpellé. Sur la base de ses indications, le cadavre de l’enfant a été retrouvé derrière une habitation incendiée à Geelen. En isolement, le suspect ne peut interagir qu’avec son avocat.

Donny M. avait déjà été condamné par le passé pour avoir abusé d'enfants. Il aurait fait ses premières victimes à l'âge de 12 ans, dans la crèche tenue par sa mère d'accueil. "Donny était trop jeune pour être puni", explique la maman d'une des victimes présumées dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. Elle dira ainsi avoir confié la garde de son fils à la mère d'accueil de Donny M. Juste avant son premier anniversaire, la mère a remarqué que quelque chose n'allait pas. "Ses parties génitales étaient parfois irritées. Une enquête a été ouverte et Donny a avoué presque immédiatement." Selon la femme témoin de HLN, Donny M. a reconnu qu'il avait des troubles avec sa sexualité et il aurait expliqué que ses parents d'accueil ne faisaient rien pour l'aider. C'est alors qu'il a commencé à s'en prendre aux enfants. La femme évoque plusieurs victimes, garçons et filles, toutes âgées de moins de 4 ans. À ce stade, personne ne confirme officiellement cette version.

Toujours selon cette maman, les parents d'accueil de Donny auraient banalisé et nié les faits, arguant que "Donny ne savait pas ce qu'il disait" . Donny, trop jeune pour être puni, a continué à vivre dans cette famille mais sa mère d'accueil n'a plus été autorisée à gérer une crèche.

Plus tard, en 2017, le tribunal de Maastricht a condamné Donny M., pour avoir menacé et agressé deux garçons et avoir abusé d’au moins l’un d’entre eux, a confirmé l’avocat d’une des victimes. Il a été condamné à trois ans de placement avec sursis dans un centre de détention pour mineurs. Le jeune homme a également passé près de cinq mois en détention et a suivi un traitement.

En ce qui concerne Gino, "nous sommes encore au tout début de l'enquête", a réagi le ministère public. "Comment Gino est-il décédé ? Était-il dans la maison du suspect ? A-t-il été maltraité ? Tout cela doit maintenant faire l'objet d'une enquête."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be