"La formation des inspecteurs ne permet pas de répondre aux besoins": la Cour des comptes étrille la police

Le système actuel de formation de base des inspecteurs de police ne permet de répondre correctement aux besoins de la police, estime la Cour des comptes dans un rapport rendu jeudi.

"La formation des inspecteurs ne permet pas de répondre aux besoins": la Cour des comptes étrille la police
©FLEMAL JEAN-LUC

Cette formation, commune aux polices fédérale et locales, est dispensée par dix écoles agréées et subventionnées pendant 12 mois. Elle repose sur un volet théorique et un autre pratique sous la forme d'un apprentissage dans un service de police.

La Cour dresse quelques constats critiques: effectifs formés inférieurs aux attentes, délais de mise à disposition du personnel insuffisamment suivis, manque d'homogénéité dans la formation, etc. Elle pointe aussi du doigt un défaut de vision stratégique à long terme pour développer cette formation policière malgré des évaluations régulières qui soulignent la nécessité d'une harmonisation et d'une meilleure réponse aux besoins du terrain.

L'encadrement et le contrôle de qualité des formations ne sont que très peu mis en œuvre, souligne également le rapport. La cellule qui s'en chargeait n'existe plus et dans les faits c'est essentiellement l'Académie de police qui s'en charge... Or, elle est une des écoles soumises au contrôle. La répartition des formateurs entre écoles n'a quant à elle plus été revue depuis 2002 et la police fédérale n'a pas de vue sur les qualités pédagogiques et didactiques du personnel enseignant.

"La coordination (...) est insuffisante pour garantir l'homogénéité et la cohérence de la formation de base, pourtant indispensables dans le contexte d'une formation organisée de manière décentralisée", avertit la Cour.

Le financement des écoles de police est pointé du doigt. Un montant de 5 millions est réparti entre elles sur la base d'une clé de répartition de 2002 qui ne correspond plus à la réalité des incorporations des aspirants dans les écoles. Les subventions ne sont en outre plus en lien avec la réalité des dépenses et les montant varient fortement en fonction des écoles et des années: entre 3.44 euros et 14.115 euros par aspirant. Il n'y a pas de norme non plus pour encadrer les rémunérations des chargés de cour, une situation qui, selon la Cour, risque d'entraîner une compétition entre écoles.

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be