Une enquête ouverte après l'utilisation du média russe Sputnik dans une épreuve du CE1D : "Une faute inadmissible"

La ministre de l'Enseignement en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), a donné instruction à son administration d'ouvrir une enquête sur le choix de Sputnik comme source utilisée lors d'une épreuve du CE1D (fin de 2e secondaire) de français, écrit la RTBF sur son site internet samedi.

Une enquête ouverte après l'utilisation du média russe Sputnik dans une épreuve du CE1D : "Une faute inadmissible"
©Photo news

L'une des sources d'un document portant sur la technologie était en effet le média d'État russe banni de l'Union européenne depuis l'invasion de l'Ukraine. "La référence à un organe de presse propagandiste russe dans une épreuve constitue une faute inadmissible", estime le cabinet de la ministre. "Dès qu'elle en a pris connaissance, elle a donné instruction à son administration d'ouvrir une enquête sur ce choix et de prendre toutes les dispositions pour que pareil incident ne se produise plus jamais à l'avenir."

Le cabinet précise que les questions, "confiées à des spécialistes de la pédagogie" ne font pas l'objet de validation politique.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be