Une dizaine de partis d'extrême droite, dont le Vlaams Belang et le Rassemblement national, ont adopté jeudi la "déclaration d'Anvers"

Identité et Démocratie adopte la déclaration d'Anvers vantant la souveraineté nationale.

Une dizaine de partis d'extrême droite, dont le Vlaams Belang et le Rassemblement national, ont adopté jeudi la "déclaration d'Anvers"
©BELGA

Une dizaine de partis souverainistes d'extrême droite et conservateurs, dont le Vlaams Belang, le Rassemblement national (RN) français et le parti polonais Droit et Justice (PiS), ont adopté jeudi une "déclaration d'Anvers" mettant l'accent sur la "souveraineté". Cette réunion annuelle des partis rassemblés au sein du groupe Identité et Démocratie (ID) au Parlement européen s'est tenue à Anvers, un des bastions de l'extrême droite flamande. Elle s'est conclue jeudi soir par une rencontre avec une invitée de marque, la ministre hongroise de la Justice, Judit Varga, appartenant au Fidesz, le parti de droite nationaliste du Premier ministre Viktor Orbán.

ID compte une dizaine de membres, dont le Vlaams Belang, et est présidé par l'ancien président de ce parti Gerolf Annemans. Mais aussi le Rassemblement national de Marine Le Pen, candidate malheureuse à la présidentielle en France mais désormais présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale, la Ligue italienne de Matteo Salvini, l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) et le PiS nationaliste et eurosceptique polonais, au pouvoir en Pologne.

Dans son intervention, M. Annemans a affirmé s'opposer aux tentatives de créer un Etat européen unique, au sein duquel le Conseil européen disparaîtrait et où le droit de véto serait aboli. Il a aussi critiqué les conclusions de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, vaste réflexion citoyenne lancée il y a un an, qui a débouché fin avril sur plus de 300 propositions pour réformer l'UE.

"Il est important que nous soyons à nouveau compétents à propos de l'immigration et de notre propre argent", a pour sa part déclaré le dirigeant du Parti de la liberté (PVV) néerlandais, Geert Wilders, connu pour ses positions anti-islam.

"Ce soir nous montrons que nous voulons récupérer ce qui nous a été pris par nos gouvernements", a-t-il ajouté.

Le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, a averti que "l'Union européenne représentait le plus grand danger pour l'Europe. Chaque crise donne davantage de pouvoir à l'UE", a-t-il dit.

La "déclaration d'Anvers" rejette notamment les résultats de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, le principe de listes transnationales pour l'élection du Parlement européen, l'armée européenne... Elle insiste sur la nécessité d'une coopération volontaire entre États souverains au sein de l'Europe tout en préservant leurs droits et les frontières de l'Europe.

La déclaration appelle enfin toutes les forces patriotiques et conservatrices à travailler en étroite collaboration à l'approche des élections européennes de 2024.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be