La Belgique verse plus à l’UE qu’elle ne reçoit: "De Croo a négocié un mauvais accord"

Un phénomène qui s’est accentué ces dernières années, dénonce la N-VA.

La Belgique verse plus à l’UE qu’elle ne reçoit: "De Croo a négocié un mauvais accord"
©BELGA

La question de l'argent versé par l'Union européenne n'a pas fini d'agiter les partis. Jeudi, le secrétaire d'État Thomas Dermine (PS) a révélé que la somme attendue dans le cadre du plan de relance serait inférieure à celle qui était prévue. "La Belgique recevra 4,5 milliards de subsides européens pour son plan de relance. […] Cela signifie une perte de près de 1,4 milliard par rapport à l'enveloppe de subsides initialement estimée par les institutions européennes au moment de l'élaboration du plan (automne 2020)."

De l'autre côté, la Belgique versera 7,6 milliards d'euros à l'Union européenne cette année, a calculé Sander Loones. "De ce fait, nous payons plus que nous ne récupérons", déclare le député N-VA qui reprend des chiffres présentés par la Banque nationale de Belgique (BNB) en commission parlementaire des Finances. "De Croo a négocié un mauvais accord. La Belgique devait recevoir 5,9 milliards d'euros. La BNB a calculé que c'est à peine la moitié de ce que les autres États membres reçoivent en moyenne. Et maintenant, 1,4 milliard d'euros supplémentaires seront déduits, ce qui signifie que la Belgique est encore plus mal desservie."

7,9 milliards d'euros, c'est le montant de la contribution générale belge à l'Union européenne. "Lorsque la N-VA était au gouvernement fédéral, cette contribution s'élevait à 6,17 milliards d'euros. Avec le gouvernement De Croo, le montant a grimpé à 7,6 milliards d'euros", a calculé Sander Loones.

"Il est tout à fait exact que la Belgique est un contributeur net du budget européen", nous répond le cabinet Dermine. "Mais ce n'est pas nouveau. Et au niveau de l'Europe des 27, la Belgique n'est pas la seule dans ce cas. Les Pays-Bas, l'Allemagne, la France, l'Italie, le Danemark, la Suède, l'Irlande, la Finlande et l'Autriche sont aussi des contributeurs nets."

Si ces pays "paient" davantage que ce qu’ils "perçoivent", c’est parce que les retombées estimées de ce financement ne se quantifient pas directement en une somme définie. Cette participation a un impact indirect qui ne serait pas mesuré dans le calcul des nationalistes flamands.

Le cabinet Dermine rappelle que le plan de relance a été pensé comme une assurance entre États membres. "Il a permis d'éviter de retomber dans la situation dramatique de la crise de la zone euro que nous avons traversée entre 2010 et 2012. Ce plan a instillé la confiance et créé la stabilité dont l'Europe avait besoin au printemps et à l'été 2020. Parallèlement à toutes les mesures de soutien socio-économiques adoptées au niveau national, il a contribué à la vigueur de la reprise économique que nous avons observée suite à la réouverture des économies. Il a bénéficié à l'ensemble de l'économie européenne, en ce compris celle de notre petit pays."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be