Le PS veut la pension à 60 ans pour les longues carrières, la droite se crispe

Malgré un barbecue détendu chez le Premier, la Vivaldi cale toujours sur le dossier Pensions.

Le PS veut la pension à 60 ans pour les longues carrières, la droite se crispe
©BELGA

La soirée barbecue, organisée à Brakel au domicile d’Alexander De Croo, avait pour objectif de resserrer les liens au sein du gouvernement, entre les 7 partis. Ce team building tombait à pic pour calmer les esprits qui s’échauffent sur la réforme des pensions que Karine Lalieux (PS) espère finaliser avant le 21 juillet.

Vêtue d'une tenue bleu vif des pieds à la tête, Eva De Bleeker (Open VLD), secrétaire d'État au Budget, a fait une entrée remarquée dans le jardin du Premier ministre. L'an dernier, lors du précédent barbecue vivaldien, elle avait privilégié une tenue aux couleurs plus variées. "L'année passée, c'était Vivaldi, là, ce n'est que du bleu", a lancé Eva De Bleeker, pince-sans-rire. L'anecdote est révélatrice. Entre des libéraux cramponnés à la rigueur budgétaire et des socialistes désireux d'acquis sociaux, des tensions traversent le gouvernement De Croo.

Car jeudi, De Bleeker a tapé du poing sur la table. "Mais où est la réforme des pensions ?", a-t-elle lancé dans Le Soir, réclamant un effort budgétaire de 3 milliards, s'inquiétant aussi du retard de la réforme du marché du travail, estimant que le plan de relance de la Belgique, financé par l'Europe, était à risques si les recommandations de la Commission ne sont pas suivies.

Le tacle visait les socialistes Karine Lalieux, ministre des Pensions et Pierre-Yves Dermagne, ministre de l’Économie.

Thomas Dermine (PS), secrétaire d'État à la Relance, a rendu les coups, dénonçant "l'énorme cynisme" de la ministre du Budget. Karine Lalieux a, quant à elle, estimé qu'Eva De Bleeker revenait "aux anciennes recettes de la Suédoise, qui ont réduit les droits sociaux et la sécurité sociale".

Malgré ces invectives, l’ambiance était assez détendue samedi soir dans le jardin du Premier ministre, aux abords duquel paissent quelques moutons.

Les Wallons de gauche, Thomas Dermine, Pierre-Yves Dermagne, Ludivine Dedonder et Georges Gilkinet, se regroupent ensemble à table.

Alexander De Croo partage la sienne avec Frank Vandenbroucke, Vincent Van Quickenborne et Sarah Schlitz.

En présence des 20 membres du gouvernement fédéral, les blagues fusent et, si l’on parle boulot, c’est d’une manière légère et informelle, bien éloignée d’un conseil des ministres.

Pas d’accord au kern

Certains des invités se sont retrouvés le lendemain matin, pour la réunion du comité ministériel restreint (kern). Un bon barbecue peut beaucoup, mais les miracles n'existent pas. Aucun accord sur la réforme des pensions n'est ressorti de cette rencontre. Le Premier ministre a toutefois accepté que soit remis sur la table le départ à la retraite à 60 ans pour les personnes ayant une carrière de 42 ans au moins. La demande, formulée par le PS, a eu le don d'irriter le MR, l'Open VLD et le CD&V qui ont bloqué sur ce point. Actuellement, il faut 44 ans de carrière pour partir à 60 ans. Pour partir à 61 ans, ou 62 ans, il faut 43 ans de carrière. La mesure socialiste permet aux personnes qui ont commencé à travailler avant 21 ans de partir à la pension anticipée plus tôt qu'actuellement. "Il est évident que cette demande n'est pas dans l'accord du gouvernement et n'est pas conforme aux attentes de la Commission européenne", nous glisse une source bien informée. La discussion devrait se poursuivre ce lundi soir, lors de la nouvelle réunion prévue.

La Vivaldi est attendue, sur ce dossier comme d’autres, pour le 21 juillet au plus tard.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be