"Charge frontale", "manque de concertation",... La réforme sur la fiscalité immobilière pas du tout au goût du syndicat des propriétaires

Le Syndicat national des propriétaires et copropriétaires (SNPC) a d'ores et déjà annoncé qu'il se mobilisera contre cette réforme.

La Libre Eco avec Belga
Le Syndicat national des propriétaires et copropriétaires (SNPC) s'oppose aux propositions émises par un comité d'experts, mandaté par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem, pour réformer la fiscalité immobilière.
Le Syndicat national des propriétaires et copropriétaires (SNPC) s'oppose aux propositions émises par un comité d'experts, mandaté par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem, pour réformer la fiscalité immobilière. ©Belga

Le Syndicat national des propriétaires et copropriétaires (SNPC) s'oppose aux propositions émises par un comité d'experts, mandaté par le ministre des Finances Vincent Van Peteghem, pour réformer la fiscalité immobilière. L'accord de gouvernement stipule que la Vivaldi procédera à une vaste réforme fiscale visant à rendre le système plus simple et plus juste. Un comité d'experts, dirigé par le professeur Mark Delanote (UGent), a formulé diverses recommandations, présentées en début de semaine. Elles visent notamment à réduire la pression fiscale sur le travail mais concernent également la fiscalité immobilière.

Pour le SNPC, elles ne comprennent "rien de neuf quant aux intentions poursuivies si ce n'est différentes précisions". Si le syndicat des propriétaires affirme ne pas avoir de "tabou" sur le principe, il demande à "appréhender la fiscalité immobilière sous tous ses aspects : revenus et patrimoine, et en outre (...) à tous les niveaux de pouvoir". Pour lui, le rapport d'experts "zappe" les impositions immobilières déjà décidées à d'autres niveaux de pouvoirs, que ce soient les Régions, les provinces ou les communes. "Il n'est pas acceptable de vouloir faire une réforme fiscale fédérale en ne tenant pas compte de ce qui se fait ailleurs."

Le SNPC s'offusque également d'un manque de concertation, alors qu'il n'a jamais été consulté pour formuler son point de vue. "À une époque où il est beaucoup question de participation des citoyens et du monde associatif à la chose publique, cela en dit long !"

Le syndicat se dit aussi "plus qu'interpellé" par la proposition de taxer sur sa valeur locative le logement familial, qualifiée de "charge frontale".

"En l'état et en regard de ce qui est proposé et du manque total de concertation le SNPC est contre et mobilisera ses membres et les propriétaires en général, d'autant plus à l'approche des élections de 2024", prévient le syndicat.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be