Le futur concours d'entrée en médecine se précise: les places seront-elles encore plus chères qu'aujourd'hui pour les non-résidents?

Le gouvernement songe à réduire la proportion maximale d'étudiants dont la résidence principale n'est pas en Belgique de 30 à 15%.

L.LB
Le futur concours d'entrée en médecine se précise: les places seront-elles encore plus chères qu'aujourd'hui pour les non-résidents?
©JC GUILLAUME

Le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté en deuxième lecture l’avant-projet de décret relatif à l’instauration d’un concours d’entrée pour les filières de médecine et de dentisterie à partir de l’année académique 2023-2024.

Ce concours est un élément de l’accord conclu entre le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et le gouvernement fédéral dans le cadre de la saga Inami. Celui-ci donnera aux étudiants qui le réussissent la certitude de pouvoir exercer leur métier et de bénéficier d’une formation de qualité. Il offrira également la garantie pour la population de disposer d’une offre médicale correspondante aux besoins de terrain. L'accord donne aussi la garantie à tous les étudiants, déjà dans le cursus, de disposer d’un numéro Inami.

Le concours se déroulera en une session unique comprise entre le 16 et le 31 août précédant l’année académique concernée, afin de permettre aux étudiants de se préparer efficacement durant l’été mais aussi de donner le temps aux candidats qui seraient non retenus de se réorienter avant la rentrée académique.

Les grands principes de l’examen actuel sont conservés. Ainsi, les huit matières sur lesquelles portera le concours sont les mêmes que celles de l’examen d’entrée actuellement en place. La note à l’épreuve sera la somme des notes réalisées pour chacune des huit matières. Les candidats seront classés dans l’ordre des notes obtenues.

En ce qui concerne les non-résidents, le gouvernement envisage une réduction de leur nombre maximal de 30% à 15% afin de garantir une offre de soins suffisante à la population et de limiter le risque de pénurie lié à des praticiens qui quittent le territoire au terme de leurs études et ne contribuent donc pas au renouvellement de la force de travail.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be