La dernière humeur : "C’est nouveau, désormais la mort parle flamand..."

Une dernière humeur signée Charles Van Dievort

La dernière humeur : "C’est nouveau, désormais la mort parle flamand..."
©D.R.
Incompréhensible, inacceptable, choquant, scandaleux… Impossible de trouver le mot approprié pour qualifier ce qui s'est passé à Wemmel. Ce n'est plus de la honte que l'on éprouve en découvrant que des funérailles sont désormais otages de questions linguistiques en Belgique, c'est autre chose. Et cette autre chose ne porte pas de nom parce que c'est innommable. Dans quel esprit peut germer l'idée de refuser de célébrer l'enterrement d'une personne parce qu'elle est francophone et non néerlandophone ? Dans celui d'un curé de Wemmel, pourtant commune à facilités de la région bruxelloise, semble-t-il....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité