Pénurie d’eau: de nombreuses communes à risques

Ce sont principalement celles qui disposent de leur propre réseau de distribution.

Pénurie d’eau: de nombreuses communes à risques
©Shutterstock

Depuis mardi soir, le nombre de communes imposant des restrictions d'eau est passé à seize. Celles de Bertogne, Gouvy et Tellin sont en effet venues s'ajouter aux treize communes wallonnes où des mesures avaient déjà été instaurées. Celles de Jalhay, Vielsalm, Beauraing et Houffalize sont sous surveillance. Et les prévisions effectuées par l'IRM ne sont guère optimistes . "Nos calculs laissent entrevoir de gros soucis pour les semaines à venir, craint Pascal Mormal, météorologue à l'IRM. Il n'a pratiquement pas plu depuis le 1er juillet et la période qui va de début juillet au 14 août est la plus sèche depuis 1911 ! Les prévisions jusqu'au 20 août n'indiquent pas d'amélioration, même si quelques orages pourraient éclater la semaine prochaine. Les modèles à plus long terme, indiquent que le début de l'automne météorologique (NdlR : le 1er septembre) devrait être chaud et sec. Cela commence à devenir très problématique."

À l’heure actuelle, la ministre wallonne de l’Environnement, Celine Tellier, travaille sur un plan Sécheresse qui devrait être présenté aux parlementaires en septembre.

En attendant, le centre régional de crise de la Wallonie laisse libre appréciation aux bourgmestres d’instaurer ou non des mesures de restrictions. Ce qui mène à des situations cocasses où un citoyen libramontois ne peut plus arroser son jardin alors que son voisin, installé à Neufchâteau, peut allégrement remplir sa piscine.

Pourquoi de telles différences de traitement ? Tout simplement parce que la première commune dispose de son propre réseau de distribution d'eau, aux réserves plus réduites que la deuxième, desservie par la SWDE, et dont l'eau peut être pompée plusieurs dizaines de kilomètres plus loin. "Nous ne sommes pas favorables à des restrictions prises à l'échelle de la Wallonie, confient en substance Didier Gilkinet et Christian Baijot, bourgmestre de Stoumont et échevin des Travaux à Libin, deux communes où des restrictions temporaires ont été émises. Car la Région ne pourrait prendre en considération les spécificités de chaque commune. Pourquoi généraliser et imposer des restrictions d'eau dans une commune qui n'en manque pas ?"

Selon l’IRM, la majorité de la Wallonie et Bruxelles passeront en état de sécheresse extrême d’ici dix jours. La trentaine de communes wallonnes disposant de leur propre réseau de distribution pourraient dès lors être amenées à manquer d’eau et à prendre des restrictions. Principalement celles qui ne disposent pas de système d’adduction d’eau en provenance du réseau de la SWDE.

Hier soir, la cellule sécheresse lançait un message de prudence quant aux usages de l'eau. "Les faibles débits actuels observés sur l'ensemble de la Wallonie favorisent la concentration de polluants, ce qui peut amener à la prolifération d'algues et de bactéries pathogènes. Une vigilance et une prudence importante doivent donc être menées, en particulier lors d'activités récréatives dans les rivières, fleuves et canaux, ainsi que pour l'abreuvement des animaux."

Y. N. et TVH

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be