Une première femme atteinte de la variole du singe en Belgique

Pour la première fois dans notre pays, une femme a été infectée par la variole du singe.

L.D

Sans doute fallait-il s'y attendre. C'est à présent le cas: depuis mercredi, la Belgique compte une femme contaminée parmi les personnes infectées par la variole du singe. C'est ce qu'a indiqué ce matin le professeur Boudewijn Catry, de l'Institut de Santé Publique Sciensano, lors d'un point presse réunissant plusieurs experts, à l'initiative du ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke qui a ouvert la séance.

A la question de savoir pourquoi les femmes semblent moins touchées par cette maladie, le Dr Isabel Brosius a répondu : "Je pense que cela s'explique surtout de manière épidémiologique, de par la population où le virus a été introduit. Il est vrai que la circulation se manifeste actuellement dans la population des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). On sait aussi que les transmissions à l'heure actuelle se font surtout lors des contacts sexuels. Jusqu'ici, il y avait moins de femmes exposées. Mais il n'y a pas de raisons biologiques pour nous attendre à une moindre vulnérabilité des femmes. Elles ont autant de risque d'être contaminées quand elles sont exposées".

Quant au profil de cette première patiente, "pour l'instant, nous n'avons pas davantage d'informations sur le cas de cette femme en Belgique, a répondu le professeur Boudewijn Catry. Selon une récente étude en Espagne, environ 3% des cas de personnes contaminées étaient des femmes, un pourcentage très bas, donc, mais quand même présent."

Cette conférence de presse fut, entre autres nombreux sujets abordés, l'occasion de rappeler les derniers chiffres de l'épidémie en Belgique. Ainsi, entre début mai et le 5 août, les services de santé régionaux ont signalé un total de 546 cas confirmés en Belgique, dont 304 cas en Flandre, 187 à Bruxelles et 55 en Wallonie.

"Si nous regardons la tendance, nous pouvons voir que le nombre de nouvelles infections semble atteindre un pic, a commenté Boudewijn Catry. Les chiffres des trois dernières semaines ne doivent pas être pris en compte, car nous n'avons pas encore reçu tous les résultats de tests. Les prochaines semaines montreront si l'on assiste à une stagnation ou peut-être même à un déclin".

A l'exception du premier cas féminin, tous les autres sont des hommes âgés entre 16 et 71 ans. La moitié des patients ont 37 ans ou plus.

Quant aux transmissions, les patients répertoriés en Belgique ont principalement contracté le virus par contact sexuel entre hommes (91%). "Le contact sexuel, avec des partenaires variés, est la principale source d'infection dans le contexte actuel, note Sciensano. Ces dernières semaines, des professionnels de la santé ont également fait part de leur inquiétude quant au risque de contamination par contact avec un patient atteint de la variole du singe. Mais jusqu'à présent, personne n'a été infecté de cette façon".

En ce qui concerne les symptômes et l'évolution de la maladie, presque tous les patients (96 %) ont présenté des lésions cutanées à un moment donné de l'évolution de la maladie. Près de trois sur quatre présentaient également des symptômes généraux tels que de la fièvre, une sensation générale de malaise ou des ganglions lymphatiques enflés. "Ces informations sont importantes pour que les personnes puissent évaluer correctement s'ils ont effectivement la variole du singe, a tenu à souligner Boudewijn Catry. Si c'est le cas, elles doivent consulter leur médecin généraliste, qui pourra décider, sur la base des recommandations scientifiques, si un test est approprié".

Jusqu'ici, au total, 28 personnes ont été hospitalisées, dont 21 pour un traitement et 3 parce qu'elles ne pouvaient pas s'isoler chez elles. Enfin, signalons qu'aucune admission aux soins intensifs n'a été nécessaire à ce jour et l'on ne déplore aucun décès.

Cela dit, si le risque de contracter la variole du singe reste généralement très faible, "il augmente avec la multiplication des contacts sexuels avec différents partenaires, ont souligné les experts. Il est donc important que nous continuions de suivre la situation de près".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be