"Soyons clairs, il n'y a pas de solution miracle": voici les mesures prises par le Codeco Énergie

Voici le descriptif des mesures prises par les autorités après les discussions du Codeco spécial Énergie qui se sont clôturées autour de 18h ce mercredi.

Alexander De Croo a pris la parole pour cette conférence de presse. "Où est-ce que ceci va s'arrêter et comment faire face à cette explosion des prix ? Soyons clairs, il n'y a pas de solution miracle mais nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous en sortir", a-t-il entamé.

"Nous sommes pour un blocage des prix et nous avons trouvé des alliés en Europe", a-t-il enchainé, plaidant pour une solution européenne. "C'est uniquement cette solution qui pourra faire baisser les prix. C'est maintenant que l'Europe doit montrer qu'elle est capable de protéger ses citoyens", a-t-il insisté, en appel clair à ses collègues européens.

Evidemment, il a par la suite abordé la question belge et les solutions que l'on peut prendre dans notre pays.

Voici les mesures abordées:

- Une prolongation des mesures sociales jusque fin mars 2023 (tarif social étendu, TVA réduite à 6% sur l'électricité pour certains, réduction des accises sur le carburant)

- Concertation avec le secteur financier: le remboursement des crédits hypothécaires est intenable pour certains. "Nous allons nous pencher sur la possibilité d'un report de paiement", a-t-il affirmé. Idem pour les facilités pour l'investissement dans les énergies renouvelables. Mais rien de très précis pour le moment.

- Sobriété énergétique: les autorités publiques vont baisser le chauffage, réduire la consommation, éteindre les lumières dans les bâtiments. Le Premier ministre en appelle à faire de même dans les magasins ainsi que chez les particuliers. "Les petits ruisseaux forment les grandes rivières", lance-t-il.

- Taxation des surprofits: "Il y a déjà une mesure qui existe dans le secteur nucléaire. Le but est de l'étendre à d'autres entreprises du secteur énergétique, où certains acteurs ont des profits très élevés. La rente nucléaire s'élève à 800 millions, nous voulons l'étendre et utiliser les recettes pour aider la classe moyenne de notre pays", a-t-il affirmé.

"Pour conclure, c'est très clair, il faudra faire beaucoup d'efforts pour surmonter cette crise", termine-t-il, en faisant appel aux différents gouvernements et acteurs privés pour trouver une solution. "Il faut tout faire pour sortir de cette crise. On y arrivera que si l'on travaille ensemble", glisse-t-il avant de transmettre la parole à Jan Jambon (N-VA), le ministre-président flamand.

Pour ce dernier, même son de cloche de début, il faut que l'Europe agisse, même "s'il ne faut pas se reposer sur ses lauriers".

Elio Di Rupo, ministre-président wallon (PS), a pris le relai par la suite. "Le prix du gaz joue un rôle déterminant. Quand on regarde la structure du prix, on se rend compte que 83% représente le prix qu'imposent les fournisseurs. C'est donc aussi au niveau européen que l'action doit être portée. Mais chacun d'entre nous, des entités, doit faire ce qui est possible", rappelle-t-il, répétant que des fonds sont alloués pour aider à la rénovation des bâtiments. "Il faut un accord entre pays, il y a un rapport de force" à effectuer, lance-t-il. "Il faut changer le mécanisme" de détermination du prix de l'électricité, insiste-t-il encore, en prenant exemple du Portugal et de l'Espagne.

Rudi Vervoort, ministre-président bruxellois (PS) a clôturé la marche des interventions, rappelant l'augmentation des primes à la rénovation et autres initiatives bruxelloises ainsi que les mesures européennes prises à l'encontre de la Russie.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be