Encore protégés par un contrat d’énergie fixe, ils savent que le pire les attend aussi: "On croise les doigts pour que ça ait baissé d'ici-là…"

Il y a ceux qui subissent déjà l’explosion des prix de plein fouet, et ceux qui peuvent encore se réfugier derrière un contrat fixe avantageux.

Van Hoof Thibaut
Encore protégés par un contrat d’énergie fixe, ils savent que le pire les attend aussi: "On croise les doigts pour que ça ait baissé d'ici-là…"
©D.R./BELGA
C'est le cas de Jean-Louis Barré, un des trois associés des boulangeries-pâtisseries Saint-Aulaye, situées à Uccle et Ixelles. "Notre contrat arrive à échéance en janvier, et on croise les doigts pour que les prix baissent d'ici-là. On sait qu'on doit s'attendre à voir les prix...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité