De vives tensions entre Frank Vandenbroucke et la société qui distribue les vaccins contre le Covid: "Le gouvernement essaie de nous enfumer"

Il y a beaucoup de rififi entre Frank Vandenbroucke et la société Medista, chargée de distribuer les vaccins en Belgique.

De vives tensions entre Frank Vandenbroucke et la société qui distribue les vaccins contre le Covid: "Le gouvernement essaie de nous enfumer"
©SIPA USA

La tension est fortement montée entre Medista, la société qui se charge de distribuer les vaccins contre le Covid et le ministre fédéral de la santé, Frank Vandenbroucke.

En effet, l'entreprise Medista a fait savoir dans un communiqué qu'elle ne voulait plus collaborer avec le gouvernement belge. Sans solution de secours prête, Frank Vandenbroucke (Vooruit) a saisi la justice.

"Nous ne souhaitons plus travailler pour un gouvernement indigne de confiance qui abuse de son pouvoir", a déclaré la PDG Sarah Taybi dans un communiqué relayé par nos confrères d'Het Laatste Nieuws. "Nous sommes harcelés depuis des mois par un haut fonctionnaire du SPF Santé publique et le ministre le tolère. Il ne le fait même pas examiner."

Le conflit entre la société et le gouvernement belge provient d'un problème de factures. Il semblerait qu'à la mi-août, des factures vieilles d'un an n'avaient toujours pas été payées par le gouvernement. Au total, 4,8 millions devaient être versés à Medista.

"Il y a deux semaines (soit début septembre), ils ont soudainement payé 3,5 millions d'euros mais sous forme de paiement conditionnel", confie Sarah Taybi. "Ils peuvent donc toujours réclamer le remboursement. Le ministre peut maintenant dire publiquement qu'il a payé, alors qu'il sait qu'en principe nous ne pouvons pas utiliser cet argent. Le gouvernement essaie de nous enfumer financièrement. C'est inacceptable."

La société de distribution de vaccins a alors posé un ultimatum à Frank Vandenbroucke et son cabinet. Il fallait convertir le paiement conditionnel en paiement finalisé sinon la société cessait de fournir des vaccins aux hôpitaux et aux centres de vaccination. Et s'il y a du stock dans ces derniers, il y en a beaucoup moins dans les hôpitaux.

Face à cette menace, le gouvernement s'est senti coincé car leur nouveau partenaire distribuant les vaccins, Movianto, n'est pas encore prêt pour prendre le relais de Medista. Vandenbroucke a donc saisi la justice qui a rendu une ordonnance judiciaire, forçant la société Medista à continuer de travailler avec le gouvernement jusqu'en février 2023. Si la société ne collabore pas, elle doit payer 250.000 euros d'amende par infraction. "Même si nous ne sommes pas payés correctement, nous devons continuer à travailler", peste encore la PDG Sarah Taybi.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be