Georges Gilkinet dit "ne pas savoir" combien il gagne puis se justifie : "J'ai eu un petit moment d'hésitation"

Interrogé sur son salaire, le ministre de la Mobilité a donné une réponse qui n'a pas manqué de faire réagir.

M.D. et J. Lgg.
Georges Gilkinet dit "ne pas savoir" combien il gagne puis se justifie : "J'ai eu un petit moment d'hésitation"
©Belga

La question d'une réduction symbolique des salaires des ministres est aujourd'hui au cœur des débats. Dans les faits, les ministres réduiraient leurs salaires de 8% ce qui devrait permettre de récupérer aux alentours de 20.000 euros par ministre soit 450.000 euros au total en 2023.

C'est dans ce contexte que nos confrères de RTL ont interrogé certains élus pour savoir combien ils gagnent exactement par mois. Si la plupart des intervenants ont répondu directement, Georges Gilkinet a eu du mal à répondre à la question. "Je ne sais pas combien je gagne", a lancé le ministre fédéral de la Mobilité (Ecolo) avant de faire signe de lui accorder un instant pour qu'il réfléchisse.

Ladite séquence a été largement partagée et a fait réagir sur les réseaux sociaux. Raoul Hedebouw, le président du PTB, n'a pas caché son irritation. "Tout le problème de ce monde politique déconnecté des réalités sociales résumé en une phrase", a-t-il commenté sur Twitter.

Gilkinet : "Un effort detous ceux qui ont un bon salaire"

"J'étais interrogé sur un autre sujet, à propos du rail, puis cette question est arrivée. J'ai eu un petit moment d'hésitation alors qu'il aurait fallu que je réponde directement", reconnaît Georges Gilkinet, interrogé par La Libre. "Chez Ecolo, une partie du salaire est reversée au parti. Je me suis donc demandé si je devais parler de mon salaire perçu, qui est de 13.000 euros net, ou de mon salaire 'conservé', qui est de 8.000 euros net", justifie le Namurois ce vendredi midi.

Le ministre Ecolo dit "plaider pour un effort plus important et élargi de tous ceux qui ont un bon salaire. L'idée est qu'ils reversent une partie de leur salaire pour aider davantage tous les autres qui ont des difficultés en cette période de crise. Je suis personnellement prêt à faire le double de l'effort demandé en termes de modération salariale".

Son idée concerne-t-elle uniquement les hauts salaires du secteur public ou également ceux du privé, comme l'a laissé entendre Hadja Lahbib (MR) ce jeudi matin sur LN24 ? "Je pense à tous ceux qui ont les épaules suffisamment solides pour le faire. Différentes modalités seront mises sur la table du conclave budgétaire (qui aura lieu ce week-end, NdlR) pour y parvenir, comme la taxation des surprofits, mais aussi une adaptation de la fiscalité."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be