Les mots forts de Vincent Van Quickenborne concernant les émeutiers de Bruxelles

Le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) souhaite que les parents de jeunes émeutiers soient "davantage responsabilisés". Jeudi à la Chambre, il a suggéré que les allocations familiales puissent être réduites, même s'il a admis que ce n'est pas une compétence fédérale.

 Vincent Van Quickenborne
Vincent Van Quickenborne ©Photo News

Le ministre était, avec la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V), interrogé par les députés à la suite des incidents qui ont éclaté dimanche en marge du match de la coupe du monde de football remporté par le Maroc face à la Belgique.

Vincent Van Quickenborne a avancé trois mesures pour éviter que de tels incidents se reproduisent : être plus réactifs, élaborer une liste "des jeunes problématiques" et "responsabiliser les parents". "Pourquoi ne pas sabrer dans les allocations familiales !", a-t-il lancé dans une intervention uniquement applaudie par le Vlaams Belang. "Sanctionner pour leurs actes oui, stigmatiser toute une communauté, non", a-t-il toutefois nuancé. Le ministre de la Justice a par ailleurs indiqué qu'un avant-projet de loi visant à permettre une comparution devant un juge dans les cinq jours arrivera "d'ici quelques semaines" sur la table du gouvernement.

Cette intervention a fait bondir Nabil Boukili (PTB, opposition). "Vous vous êtes fait applaudir par l'extrême-droite. Savez-vous que les mamans belgo-marocaines sont allées nettoyer après ce qu'il s'est passé ?", a-t-il déclaré.

Annelies Verlinden a de son côté indiqué qu'un dispositif de sécurité était mis en place ce jeudi après-midi, alors que la Belgique et le Maroc jouent leur qualification pour les huitièmes de finale.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...