"Une ingérence de grande ampleur dans la vie privée": un rapport étrille le screening des passagers, jugé peu efficace

Après quatre ans d'activité, le Passenger Information Unit (PIU) est dans le collimateur du Parlement fédéral, rapportent mercredi L'Echo, De Tijd et De Standaard.

ZAVENTEM, BELGIUM - DECEMBER 23 :  Day before Christmas, mass  departures and pictures of protest by air police handing out leaflets in the main airport,  pictured on DECEMBER 23, 2022 in Zaventem, Belgium, 23/12/2022 ( Photo by Philip Reynaers / Photonews
Après quatre ans d'activité, le Passenger Information Unit (PIU) est dans le collimateur du Parlement fédéral ©PRE

L'Organe de contrôle de l'information policière (COC), mandaté par la Chambre pour superviser l'exploitation par la police des données privées, a mené l'enquête sur cette cellule qui passe au crible les listes de voyageurs des aéroports belges.

Hébergé au ministère de l'Intérieur, le PIU a pour charge d'identifier de potentiels membres de réseaux criminels et d'organisations terroristes, en épluchant toutes sortes de données sur les passagers. Depuis fin 2020, 98% des voyageurs prenant l'avion depuis ou vers la Belgique sont ainsi enregistrés. Au total, plus de 50 millions de données ont déjà été traitées.

Le COC a mené l'enquête en octobre 2021 pour s'assurer de la proportionnalité de ce vaste système de contrôle. Dans son rapport, l'organe dit avoir observé un "traitement de données à grande échelle" et une "ingérence de grande ampleur dans la vie privée". Il met par ailleurs en doute l'efficacité du PIU.

L'organisme de contrôle demande par conséquent aux responsables politiques une évaluation de l'efficacité du screening des passagers. Un examen du système s'impose de toute façon à la suite d'un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne rendu en juin dernier.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be