La Belgique renforce sa vigilance face à la recrudescence du Covid en Chine : voici les nouvelles mesures qui entrent en vigueur

En réponse à l'énorme pic d'infections covid en Chine, le gouvernement prend un certain nombre de mesures pour surveiller de plus près les conséquences pour notre pays. Par exemple, les eaux usées des avions en provenance de Chine qui atterrissent dans notre pays seront analysées.

<p>Des passagers parcourent un terminal de départ de l'aéroport international de Pékin (Chine), le 29 décembre 2022</p>
©AFP

Face à la dégradation de la situation sanitaire en Chine, le Ministre de la Santé Publique Frank Vandenbroucke a tenu une conférence de presse ce mardi après-midi. Il y a présenté les conclusions de la réunion du Risk Management Group concernant les voyageurs chinois à partir du 8 janvier prochain. “Le système hospitalier en Chine est mis à rude épreuve, c'est une situation dramatique pour le peuple chinois qui affronte une vague énorme, a-t-il expliqué. Toutefois, existe-t-il un risque particulier à ce stade pour nous ? La réponse de nos trois groupes d’experts est négative. Notre campagne de vaccination a été un succès et les variants qui circulent actuellement là-bas sont connus chez nous et les vaccins pour y faire face sont efficaces”.

La Chine, véritable usine à variants, attire les regards du monde entier

Face à la flambée des cas de coronavirus en Chine et au risque d’apparition de nouveaux variants, de nombreux pays européens dont la France, l’Italie et l’Espagne ont décidé d’imposer des tests aux voyageurs venant de Chine. Une direction qui ne sera à ce stade pas suivie par la Belgique qui a décidé d’opter pour deux autres mesures.

"Le plus important, c'est le monitoring des variants"

“Nous allons organiser un screening des eaux usées sur les vols en provenance de Chine ainsi qu’un séquençage de ces dernières, nous plaidons d’ailleurs pour que l’Europe suive cette direction, indique le ministre de la Santé. Au niveau de notre stratégie de testing, nous allons apporter une modification. En effet, si une personne symptomatique est allée en Chine, l’instruction sera donnée aux pharmacies et aux médecins de réaliser un test et de l’envoyer à un laboratoire capable de faire un séquençage du génome pour voir s’il y a un nouveau variant. Dans cette situation, l’objectif principal est d’être informé de manière précoce si un nouveau sous-variant préoccupant émerge”.

La Belgique va-t-elle demander aux voyageurs chinois des tests supplémentaires? "Les informations officielles sont incompatibles avec la réalité"

Seules les personnes qui présentent des symptômes liés au corona seront donc testées dans une période de sept jours après un séjour en Chine.

D'après les trois groupes d’experts, il y a donc peu de sens d'organiser des tests au sol pour tous les passagers de retour de Chine. La situation pourrait toutefois s’inverser si la grande majorité des pays suivent finalement cette direction. “Omicron est ici, on ne l’arrêtera pas en le surveillant ailleurs dans le monde, a poursuivi le ministre. Le plus important, c’est le monitoring des variants et la vaccination des groupes à risques en Belgique, tout comme les gestes barrière dans certaines situations. Au niveau européen, nous plaidons pour une réelle coordination et un renforcement de la surveillance, comme pour les eaux usées. Toute action liée au testing n’aura ensuite un sens que si tous les pays suivent la même logique. Il faudrait ensuite suivre ces personnes avec la réintroduction du Passenger Locator Form, sinon cela n'aurait pas de sens”.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be