Procès des attentats de Bruxelles:"On est face à une situation incompréhensible"

L'association de victimes Life4 Brussels déplore la suspension de l'audience, ce mardi 3 janvier.

BRUSSELS, BELGIUM - JANUARY 03 : Trial of the attacks of Brussels. On March 22 2016, 32 people were killed and 324 got injured in suicide bombings at Zaventem national airport and Maalbeek / Maelbeek metro station on 03, 2023 in Brussels, Belgium, 03/01/2023 ( Photo by Didier Lebrun / Photonews
Le procès des attentats de Bruxelles, mardi 3 janvier. ©DLE

Le porte-parole de l'association de victimes Life4 Brussels, Gaëtan Meuleman, a déploré mardi "une situation incompréhensible", après la suspension définitive de l'audience du jour au procès des attentats du 22 mars 2016, en raison du refus du responsable de la Direction de la Protection (DAP) de la police fédérale de venir expliquer à visage découvert le protocole et les modalités individuelles de transfert des accusés.

"Les victimes qui sont dans la salle sont en colère, sont dépitées, sont tristes. Elles ne comprennent pas. Pour certaines, c'est leur premier jour, un jour qui était attendu depuis longtemps, pour comprendre", a regretté Gaëtan Meuleman. "Et là, on repasse à une situation qui n'est pas admissible. Il y a d'abord eu la problématique des boxes, là c'est de nouveau le transfert des prisonniers... Je pense que la situation devrait être débloquée. Il y a un juge des référés qui a prononcé un arrêt."

"Ce n'est pas un caprice, on ne peut pas subir ça pendant 9 mois": Sofien Ayari sort du silence à propos des fouilles à nu sur les accusés

Et le porte-parole de pointer la responsabilité de Vincent Van Quickenborne. "On joue au chat et la souris. Je pense que le ministre de la Justice a une responsabilité. Nous, ce que nous voulons, comme la présidente, qui est extrêmement professionnelle, c'est que ce procès se déroule dignement."

Alors que la journée devait être consacrée à la suite de l'exposé sur l'enquête avec, notamment, les premières constatations dans la station de métro Maelbeek, les débats ont finalement été uniquement consacrés aux conditions de transferts des accusés. Selon les avocats de ces derniers, les fouilles à nu systématiques, pourtant interdites par une ordonnance en référé, sont toujours appliquées sans justifications. Les accusés refusant de comparaitre et de se faire représenter en l'absence de changement du protocole, le procès pourrait être suspendu plus longuement.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be