"Une pression énorme": l'épidémie de grippe bat son plein en Belgique, certains hôpitaux contraints de reporter des soins

Il pourrait bientôt y avoir plus de patients hospitalisés pour la grippe que pour le Covid-19 dans les hôpitaux.

L'UZ Leuven, saturé face à l'arrivée de patients présentant des virus respiratoires, doit reporté des soins courants non urgents.
L'UZ Leuven, saturé face à l'arrivée de patients présentant des virus respiratoires, doit reporté des soins courants non urgents. ©BELGA Nieuwsbrief

Alors que la recrudescence de l'épidémie de Covid-19 en Chine et l'émergence de nouveaux variants inquiètent l'Europe, la grippe continue elle aussi de faire des ravages.

Le stade d'épidémie a bel et bien été atteint en Belgique, selon l'Institut de Santé Publique Sciensano. "Toutes les conditions sont réunies pour parler d'une épidémie de grippe, confirme le virologue Steven Van Gucht auprès de nos confrères de VRT News. Non seulement le nombre de patients chez les généralistes, mais aussi le nombre de patients dans les hôpitaux et le nombre de tests positifs dans les laboratoires répondent désormais aux critères d'une épidémie".

Les hospitalisations pour cause de grippe continuent encore d'augmenter. A tel point qu'il se pourrait que, bientôt, "il y ait plus de personnes hospitalisées pour la grippe que pour le Covid-19", met en garde Steven Van Gucht, qui précise que le pic de l'épidémie devrait être atteint d'ici trois à quatre semaines. "Cela pourrait devenir une épidémie sévère."

Face à la triple épidémie de grippe, coronavirus et bronchiolite, certains hôpitaux belges ne tiennent plus le cap. C'est notamment le cas de l'UZ Leuven, qui a décidé de reporter ses soins non-urgents. Ainsi, seuls 70 % des lits de l'hôpital peuvent actuellement être utilisés.

"Cette situation, combinée à l'indisponibilité du personnel, crée une pression énorme", explique Gert Van Assche, médecin en chef à l'UZ Leuven.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be