La ministre Désir n'entend pas légiférer pour freiner l'enseignement à domicile

À l'inverse de la France, la Fédération Wallonie-Bruxelles n'entend pas légiférer pour restreindre les possibilités d'enseignement à domicile, une pratique qui connaît un succès croissant au sud du pays.

BRUSSELS, BELGIUM - MAY 21 : Caroline Désir Minister of Education of the French Community (PS) pictured at 
' L' école du bonheur ' (Woluwe-Saint-Lambert / Sint-Lambrechts-Woluwe) May 21, 2021 in Brussels, Belgium, 21/05/2021 ( Photo by Didier Lebrun / Photonews
BRUSSELS, BELGIUM - MAY 21 : Caroline Désir Minister of Education of the French Community (PS) pictured at ' L' école du bonheur ' (Woluwe-Saint-Lambert / Sint-Lambrechts-Woluwe) May 21, 2021 in Brussels, Belgium, 21/05/2021 ( Photo by Didier Lebrun / Photonews ©DLE

Interrogée mardi en commission du Parlement par le député Michaël Vossaert (DéFI, opposition) sur l'augmentation continue du nombre d'enfants scolarisés à domicile, la ministre de l'Éducation Caroline Désir (PS) a indiqué n'avoir aucune intention d'entraver ce libre choix offert aux parents.

Néanmoins, a-t-elle poursuivi, un travail d'analyse est en cours pour mieux comprendre les motivations de ces familles qui décident de scolariser leur enfant à domicile plutôt qu'à l'école, et identifier les mesures à prendre pour éviter que ceux-ci n'y recourent.

Un groupe de travail interne à l'administration se penche par ailleurs sur l'attractivité globale de l'école en FWB. Ses conclusions sont attendues d'ici juillet 2023, a précisé la ministre.

Selon des chiffres récents, près de 3.500 enfants sont actuellement scolarisés à domicile en Fédération Wallonie-Bruxelles, un chiffre en augmentation année après année.

Ce succès a un effet négatif sur le financement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, lequel dépend entre autres choses du nombre d'enfants inscrits dans un établissement scolaire.

En France, face à la popularité grandissante de l'enseignement à domicile, le gouvernement Macron avait adopté en août 2021 une loi restreignant cette possibilité aux seuls enfants pouvant justifier de motifs géographiques, de santé, d'une pratique sportive ou culturelle de haut niveau, ou encore en raison d'un mode de vie itinérant des parents.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...